Sus-décalage de ST : non ischémique

Les étiologies non ischémiques d’un sus-décalage de ST sont plus fréquentes que les étiologies ischémiques [1][2][3]

Les variantes normales de la repolarisation sont par ordre de fréquence :

  • la repolarisation de type masculine (ST+ max. 3 mm en V2, transition précoce…) ou la repolarisation de type féminine,
  • la repolarisation précoce (ST+ en hamac max. 4 mm en V3-V4, crochetage du point J, transition précoce…)
  • l’inversion bénigne de l’onde T (ST+ maximum en V3-V5 avec inversion terminale de T et QRS très voltés, QT normal à court…).

Les anomalies électrophysiologiques sont par ordre de fréquence :

  • le bloc de branche gauche (ST+ avec discordance appropriée en V1-V3…),
  • les rythmes électro-entrainés (ST+ avec discordance appropriée, spikes…),
  • les rythmes infranodaux (ST+ avec discordance appropriée, QRS larges et bizarres…)
  • la repolarisation type Brugada (ST+ en dôme ou en selle en V1-V3…),

Certaines maladies chroniques ou aiguës

  • Hypertrophie VG (ST+ concave en regard d’ondes S amples en précordiales droites, avec ST- descendant convexe en regard d’ondes R élargies et amples en précordiales gauches…). Le ST+ en V1-V3 peut être très trompeur (voir ECG sur le blog de Smith et discussion)
  • Péricardite aiguë (ST+ concave de façon diffuse avec sous-décalage de PQ descendant, QRS non modifiés…)
  • Une myocardite peut mimer parfaitement un infarctus lorsqu’elle est limitée à un seul territoire coronaire et engendre des ondes Q profondes.
  • Le Tako-tsubo (voir autres ECG)
  • Embolie pulmonaire massive lorsqu’elle entraîne une souffrance aiguë du ventricule droit (ST+ en V1-V2(V3) et/ou en territoire inférieur…) et autres maladies pulmonaires (dont le pneumothorax)
  • Hyperkaliémie (ST+ court, ondes T géantes, QRS larges, aspect Brugada…) [5]
  • Certaines intoxications à stabilisant de membrane
  • Maladies infiltratives telles une amylose cardiaque, sclérodermie systémique, fibrose enodyocardique, lymphome diffus (« pseudo infarction ECG« ) [6] ou une métastase
  • Hémorragie cérébrale (ST+ avec prolongation du QT, T amples, larges, positives et parfois ondes U proéminentes) ou le PRES syndrome.
  • les ST+ transitoires après ressuscitation, choc électrique ou injection d’adrénaline.
  • le syndrome propofol [7]

Voir Variantes de repolarisation ventriculaire

Autres tracés et références (abonnés)


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre