Intervalle QT. 4a. Long

Prolongation anormale de l’intervalle Q-T. Le syndrome du long QT acquis est opposé au syndrome du long QT congénital, mais il existe des prédispositions génétiques à développer un long QT acquis. La distinction repose sur la réversibilité du QT long après disparition de sa cause (en général causes multiples).

Diagnostic. Il est évoqué devant un QT mesuré ≥ 10% du QT théorique (indexé sur la fréquence cardiaque réelle, cf. règle à ECG) puis confirmé par la mesure de l’intervalle Q-Tc (indexé sur une fréquence cardiaque fixe de 60/mn) > 450 ms (homme) ou > 470 ms (femme). Des valeurs comprises entre 430-450 ms chez l’homme et 450-470 ms chez la femme doivent être considérées comme « borderline ».[1],[2] Rappelons que la mesure du QT est délicate et souvent erronée (cf. Intervalle Q-T).[3],[4]

Étiologies :

  • Médicaments : antiarythmiques de classe Ia (ex. quinidiniques) ou III (ex. amiodarone, sotalol), certains psychotropes (ex. phénothiazines, benzamides), certains anti-infectieux dont l’érythromycine, les quinolones, la spiramycine, le triméthoprime, l’amphotéricine B, les antipaludéens (chloroquine…), la prise de cocaïne au long cours et de très nombreux autres médicaments (antihistaminiques, vasodilatateurs, méthadone…)[5]
  • Anomalies électrolytiques : hypokaliémie, hypocalcémie
  • Causes diverses : un bloc AV du 3e degré, une insuffisance coronaire, une hypothermie, une hémorragie sous-arachnoïdienne, une hypothyroïdie, un tako tsubo…
  • Anomalies congénitales : on parle dans ce cas du syndrome du QT long congénital. Rappelons que dans ce cadre, le QT est fluctuant et peut être normal lors d’un enregistrement au repos. Rappelons que dans ce cadre le QT est fluctuant et peut être normal lors d’un enregistrement au repos. Des valeurs comprises entre 430–450 ms chez l’homme entre et  450–470 ms chez la femme doivent être considérées comme « borderline » [Goldenberg 2008, Priori 2013].

Les risques rythmologiques sont les tachycardies ventriculaires et en particulier les torsades de pointes et la fibrillation ventriculaire. Ils sont majorés par une bradycardie et une hypokaliémie.

Des précautions d’emploi et recommandations existent en cas de prescription de médicaments allongeant le QT. Voir : Intervalle QT long. Psychotropes

[1] Goldenberg I, Moss AJ. Long QT syndrome. J Am Coll Cardiol. 2008;51(24):2291–2300.

[2] Priori SG et al. Consensus statement on the diagnosis and management of patients with inherited primary arrhythmia syndromes. Expert consensus statement on inherited primary arrhythmia syndromes: document endorsed by HRS, EHRA, and APHRS in May 2013 and by ACCF, AHA, PACES, and AEPC in June 2013. Heart Rhythm. 2013:e75-e106.

[3] Viskin S, Rosovski U, Sands AJ, et al. Inaccurate electrocardiographic interpretation of long QT: the majority of physicians cannot recognize a long QT when they see one. Heart Rhythm. 2005;2(6):569–574. (téléchargeable)

[4] Vetter VL. Clues or miscues? How to make the right interpretation and correctly diagnose long-QT syndrome. Circulation. 2007;115(20):2595-8.

[5] Liste des médicaments qui allonge le QT ici ou Saoudi N (2004)

Comment mesurer le QT ? video P.Taboulet

Comment interpréter un intervalle QT ?