Torsade de pointes : traitement

Le traitement des torsades de pointes recommandé par l’AHA en 2015 [1] (et l’ESC 2017 [2]) repose sur :

  • Sevrage du médicament responsable et correction des anomalies métaboliques (Classe I)
  • Magnésium (2 g de sulfate injectés en 10-20 minutes) si allongement du QT (Classe I) [3]
  • Isoprénaline recommandée (en perfusion continue, Isuprel® 0,5 mg/h à la seringue électrique) en cas de torsades pause-dépendantes (bradycardies sévères) dans l’attente d’un entraînement électrosystolique (Classe I) [4]  L’isoprénaline à dose suffisante pour accélérer la FC au-dessus de 80-100/min, ce qui entraîne de fait un raccourcissement de l’intervalle QT [5].
  • Entraînement électrosystolique (100 à 120/mn) en phase aiguë à long terme en cas de torsade due à une bradycardie ou un bloc (Classe I) ou en cas de récurrences de torsades pause-dépendante éventuellement en association avec un traitement bêtabloquant, notamment en cas de bradycardie sinusale (Classe I)
  • Un apport de potassium pour une kaliémie ≥ 4 mmol/l (4-5 mmol/l) et de magnésium pour une magnésémie proche de 2 mmol/l est bénéfique (Classe I)[6]
  • Le choc électrique n’est légitime que si la torsade de pointe laisse place à une fibrillation ventriculaire

Il faut traquer les médicaments responsables, parfois peu suspects (ofloxacine, éryhtromycine, antidépresseurs IRS, méthadone..)

 

Blog de SW Smith

Pour le traitement par magnesium voire ici


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre