Indice de TV : Pava : QRS DII

 

Indice de tachycardie ventriculaire publié par Pava LF et coll. (incluant comme auteur Brugada) en 2010 pour faciliter la distinction entre tachycardie ventriculaire et tachycardie supraventriculaire à QRS larges [1].

Cet indice mesuré en dérivation DII est défini par le temps qui sépare le début du QRS du premier changement visible de polarité : sommet de l’onde R, nadir de S ou premier noeud sur la branche ascendante/descendante de l’onde R/S (R-wave peak time ou temps d’inscription de l’onde R ou S).

Le rationnel de cet indice repose sur le fait que la conduction nodo-hissienne antérograde permet – même en cas de bloc de branche ou bloc bifasciculaire – une dépolarisation initiale de l’apex ventriculaire dans le plan frontal en moins de 50 ms grâce à la branche ou l’hémibranche du faisceau de His encore fonctionnelle. Conduction velocity in the ventricles is know to be faster in the His–Purkinje system (2.5 m/s) than in contractile ventricular myocardium (0.4–0.9 m/s) [1].

La figure ci-dessous illustre la différence entre un indice de Pava de BBG et celui de plusieurs ESV.

 

Limites

  • Cet indice a une spécificité élevée (nombre élevé de vrais positifs), mais une sensibilité moins bonne (risque de faux négatifs) [2][3]. Cela signifie qu’une onde R (ou onde S ou Q) fine en DII a une haute valeur diagnostique, mais qu’elle peut manquer et qu’il faut donc connaitre d’autres indices de TV (voir TV avec retard droit et TV avec retard gauche).
  • Il est simple d’emploi en routine, sauf lorsque l’initiation du QRS et le sommet de l’onde R sont difficiles à déterminer [1]. Pour mesurer le temps d’inscription de l’onde R (TIR), il faut souvent s’aider de l’alignement des dérivations frontales pour repérer le début du QRS (mieux visible parfois en DI ou DIII) et tracer un trait vertical (il est quasi impossible de travailler sur une photo ou un ECG de travers, mais certains logiciels permettent de numériser des photos avec un résultat numérique excellent). Une vitesse de déroulement du papier plus grande (50 mm/s) et un calibrage différent du tracé (20 mm/mv) permettent une meilleure précision, tout comme le travail sur écran d’ordinateur…
  • Dans le doute (QRS peu volté en DII, début de la déflexion initiale mal visible, QRS très larges), il ne faut pas utiliser cet indice.

Faux positifs (rares)

 

Autres tracés ECG et références réservées aux abonnés


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion | Devenir membre | Devenir stagiaire