Indice de TV : Pava : QRS DII

 

Indice de tachycardie ventriculaire publié par Pava et Coll. en 2010 pour faciliter la distinction entre tachycardie ventriculaire et tachycardie supraventriculaire à QRS larges [1].

Cet indice est défini par la durée qui sépare l’initiation du QRS du premier changement de polarité, indépendamment de la polarité de cette première déflexion (positive ou négative). Si la première déflexion est crochetée, il faut mesurer l’indice au sommet de l’onde R’ (ou au nadir de Q’).

Une durée d’inscription du sommet de l’onde R (ou Q) en DII ≥ 50 ms a une bonne sensibilité/spécificité pour le diagnostic de TV.

Le rationnel de cet indice repose sur le fait que la conduction nodo-hissienne antérograde permet – même en cas de bloc de branche ou bloc bifasciculaire – une dépolarisation initiale de l’apex ventriculaire dans le plan frontal en moins de 50 ms grâce à la branche ou l’hémibranche du faisceau de His encore fonctionnel.

 

Limites : Cet indice a une spécificité élevée, mais une sensibilité faible [2]. Pour le mesurer, il faut bien repérer le début du QRS à l’aide d’un trait vertical (ou règle ECG) pour repérer le début du complexe QRS, mieux visible parfois en DI ou DIII. Plus les QRS sinusaux sont larges plus les QRS per tachycardie seront larges et positivent – à tort (faux positif) – l’indice de Pava (règle de la proportionnalité). Dans le doute (QRS peu volté en DII, début de la déflexion initiale mal visible, QRS très larges), il ne faut pas utiliser cet indice.

[1] Pava LF, Perafán P, Badiel M, Arango JJ, Mont L, Morillo CA, Brugada J. R-wave peak time at DII: A new criterion for differentiating between wide complex QRS tachycardias. Heart Rhythm. 2010;7(7):922-6 The QRS duration on lead II was significantly wider in VT patients compared to SVT patients (169.4 ± 40.7 ms in VT vs 128.3 ± 28.1 ms in SVT, p<0.01). 

[2] Jastrzebski M, Kukla P, Czarnecka D, Kawecka-Jaszcz K. Comparison of five electrocardiographic methods for differentiation of wide QRS-complex tachycardias. Europace. 2012;14(8):1165-71