Bienvenu(e)s dans ECG-LAND !

e-cardiogram.com est un dictionnaire imagé des termes relatifs à l’électrocardiologie (ECG) crée en 2011 (1,4 million visiteurs/an).

Destiné aux professionnels pour leur formation initiale et leur perfectionnement, il s’appuie sur de nombreuses références, une riche iconographie et des vidéos pour présenter l’électrophysiologie, les troubles du rythme mais aussi les pathologies cardiaques et traitements d’urgence des principales agressions du cœur.

Un abonnement permet un accès complet au site sans publicité incluant les références exhaustives, des tracés rares, 500 Quiz classés par thèmes et niveau de difficulté pour s’évaluer ou réviser des examens (Cf. Abonnement).

Des cours enregistrés payants sont accessibles en vidéo à l’unité (Cf. Vidéo/cours). Des formations gratuites sont accessibles sur YouTube ou ma page Facebook (45.000 abonnés).

Un service d’e-learning organise des cours collectifs ou particuliers, une assistance à la relecture d’ECG (abonnement), à la rédaction d’articles ou de thèse sur l’ECG (Cf. e-learning ECG).

Faites un don ici si vous aimez (aucun soutien financier public ou privé, autoentrepreneur 13 août 2019 SIRET 85313941800018)

Dr Pierre Taboulet

BLOC BIZARRE

Comment s’appelle ce bloc ?

Cette question posée au groupe Facebook a fait chuté plus d’un abonné (48.000)

Pourquoi… ?

Parce que la lecture de l’ECG est trop souvent partielle. Nous sommes attirés par l’anomalie la plus brillante et nous désactivons la méfiance. La méfiance doit nous obliger à proposer plusieurs explications possibles à chaque anomalie. Cela limite les biais de lecture. Il faut se forcer à proposer par exemple trois explications, puis en écarter deux pour n’en retenir qu’une seule. Si aucune n’est satisfaisante… il faut rester prudent dans sa conclusion.

Ici, on voit des QRS larges mais ce n’est pas un bloc ! réponse dans le quiz actuel ou dans le Quiz « Anomalie des QRS 2 »

Un train (BBG) peut en cacher un autre (HVG) ou pas…

Ce qui est vraiment difficile quand on lit un ECG, c’est quand deux anomalies sont « superposées ». On est souvent obnubilé par l’une (bien content de l’avoir trouvée) et on ne cherche souvent pas plus loin… Quand on sait qu’il y a au moins 100 anomalies à connaitre, on n’imagine pas qu’on pourrait donc mathématiquement en trouver P1xP2xP3xP4… sur le même ECG !

L’article suivant nous rappelle qu’on peut distinguer une hypertrophie ventriculaire gauche au sein d’un bloc de branche gauche à condition de comprendre qu’une HVG dilate généralement le coeur ou/et ralenti la conduction intracardiaque (ce qui prolonge la durée des QRS) et qu’un BBG déplace la zone de transition à gauche (donc qu’il faut utiliser V2 et pas V1 comme marqueur d’amplitude d’HVG) : Debauge A. et al. Abstract 13586: In Patients With Left Bundle Branch Block, QRS Duration is a Stronger Predictor of Left Ventricular Hypertrophy and Dilation Than QRS Voltage. Circulation. 2022;146:A13586 (Téléchargeable).

Alors, je vous propose de lire à tête reposée ces entrées du lexique que j’ai réécrites pour vous, en essayant de simplifier le plus possible (tout en fournissant comme toujours toutes les références nécessaires.

MORT en DIRECT ?

Voici l’enregistrement incroyable du rythme d’un patient de 62 ans qui a fait un malaise (faiblesse sueurs) après 1 h de sport et chez qui les premiers ECG avaient révélé un aspect d’occlusion coronaire aiguë sans sus-décalage de ST diffus avec ST+ en VR.

Sur le monitoring cardiaque (tracé long) enregistré en dérivation DII, le rythme passe d’une fibrillation atriale (FA) à une fibrillation ventriculaire (FV) à l’occasion d’une extrasystole ventriculaire (ESV) qui tombe sur le sommet de l’onde T du complexe QRS-T précédent.

Pourquoi  ?

•      Nous sommes dans un contexte d’infarctus (arrêt du sang dans une artère coronaire, ce qui provoque une souffrance aiguë du myocarde).

•      Cette souffrance par ischémie coronaire (ischémie = arrêt du sang) engendre une instabilité du potentiel électrique de repos de nombreuses cellules myocardiques (myocytes).

•      Alors que les myocytes bien irrigués par du sang artériel riche en oxygène sont stables électriquement au repos (à -90 mV environ pour répondre plus rapidement à une excitation qui lui donnerait l’ordre de se contracter), un myocyte mal irrigué peut perdre sa capacité à rester électronégatif de façon stable et se « dépolariser » spontanément, devenant alors électropositif brutalement (Cf. Potentiel d’action). On dit qu’il acquiert un « automatisme anormal ».

•      La variation brutale du potentiel de membrane de ce myocyte devenu anormalement automatique engendre un minicourant électrique (un influx) prématuré qui peut se propager de proche en proche et dépolariser tout ou partie du myocarde excitable.

•      Or, en cas d’infarctus, de nombreux myocytes voisins de ce foyer d’automatisme anormal ont eux-mêmes une activité électrique perturbée en raison du manque d’oxygène et d’énergie (ATP) avec des périodes hyper-vulnérables (près du sommet de l’onde T) et des périodes réfractaires aux excitations, inhomogènes les unes par rapport aux autres. Elles peuvent donc réagir différemment selon la période où les sollicite un influx prématuré de voisinage.

•      Un influx prématuré peut donc n’engendrer aucune excitation de voisinage, se propager à l’ensemble du myocarde et engendrer sur l’électrocardiogramme un complexe QRS-T prématuré anormal (appelé extrasystole ventriculaire) ou bien créer des mini foyers électriques qui peuvent s’organiser en tachycardie ventriculaire (mono ou polymorphe) ou pire, désorganiser toute l’activité ventriculaire et engendrer une fibrillation ventriculaire à l’origine d’une mort subite en l’absence de cardioversion par choc électrique (défibrillation).

•      Le risque d’arythmie ventriculaire grave augmente avec le nombre, le polymorphisme et surtout « la prématurité » des extrasystoles ventriculaires, plus dangereuses quand elles ont un « couplage court » au complexe QRS précédent et qu’elles tombent au sommet de l’onde T (qui correspond à la période vulnérable de nombreux myocytes).

•      Chez notre patiente, on observe sur ce tracé long (60 sec), la survenue d’une seule ESV qui « tombe » au sommet de l’onde T du complexe QRS précédent et cela déclenche la fibrillation ventriculaire… Une ESV qui « tombe au sommet de l’onde T est dite « maligne » et on comprend pourquoi sur le tracé (cf. ESV maligne).

•      L’autre originalité de ce tracé est la durée de la fibrillation ventriculaire qui se poursuit jusqu’à épuisement du papier ECG (et peut être du malade) soit au moins 50 secondes, donc plus de 40 secondes après que la patiente ait perdu connaissance et qu’une manœuvre de réanimation soit entreprise… Mais la suite est favorable…

Retrouvez cet ECG dans Phénomène R/T ou fibrillation ventriculaire

WEBINAIRE gratuit et AUTO-EVALUATION en libre accès

1- Webinaire ECG – Inscription gratuite

10 signes ECG pour suspecter une maladie cardiovasculaire en médecine générale

  • Dans ce webinaire de 45 min, je présente  » les 10 signes ECG permettant de suspecter une maladie cardiovasculaire en médecine générale ».  C’est un préambule à une FMC Santé Académie de 5 heures, destinée aux médecins généralistes pour renforcer leur connaissance en matière de dépistage et de diagnostic ECG.

2- De nombreux médecins aimeraient connaitre leur niveau en ECG… au terme de leurs études, avant une installation en médecine libérale (ce qui fait toujours un peu peur), avant de passer un concours d’équivalence…

  • Le Quiz Médecine Générale est fait pour vous. Il a été conçu pour vous auto-évaluer autour d’un programme basic (30 ECG). Si vous n’avez pas au moins 25 points, il faut poursuivre votre formation avant d’utiliser l’ECG en pratique clinique. Si vous voulez faire des Quiz de thèmes et de niveaux variables, il vous faudra une inscription comme membre premium.