Intervalle QT. 2. QT corrigé (QTc)

Intervalle QT corrigé (QTc) en fonction de la fréquence cardiaque.

La durée de la systole électrique du cœur (Q-T) varie selon la durée du cycle précédent (intervalle R-R), aussi deux intervalles QT mesurés à des fréquences cardiaques différentes ne sont pas comparables sans corriger au préalable les valeurs de ces QT à l’aide d’une formule mathématique qui indiquera la valeur que chaque QT aurait à une fréquence cardiaque conventionnelle (60/min).

La durée du QTc est donc la valeur corrigée à 60/min de la durée de l’intervalle QT mesurée à une fréquence cardiaque différente de 60/min.

Le calcul du QTc permet de comparer la durée de la dépolarisation-repolarisation entre un individu et un groupe d’individus ou celle d’un individu à deux instants donnés (en général avant et après administration de médicament) à la fréquence corrigée de 60/min.

La méthode manuelle de calcul d’un QTc est complexe [1].

  • Il faut d’abord mesurer l’intervalle QT dans la dérivation où il est le plus long et où la fin de l’onde T est la plus nette (cf. Mesure de l’intervalle QT);
  • Puis il faut transformer le QT en QTc. Pour cela, il faut corriger l’intervalle QT mesuré en fonction de l’intervalle R-R précédant – à l’aide d’une formule mathématique – pour obtenir la valeur du QT que le patient aurait si sa fréquence cardiaque était de 60/min (appelé QT corrigé) ;
  • Comme le QT peut varier légèrement d’un battement à l’autre, il faut idéalement répéter plusieurs fois les mesures de R-R et de QT sur 3 complexes QRS-T consécutifs, sans arythmie sinusale prononcée (ou autre cause de variation de FC), puis calculer la moyenne des 3 QTc [10].
  • La formule de Bazett est la plus utilisée : QT corrigé ou QTc = QT/√intervalle R-R (en sec) ou moins précis, QTc = QT/√(60/f) avec f = fréquence ventriculaire (/min) [2]. Elle surestime les valeurs de l’intervalle QT dans les fréquences cardiaques rapides et sous-estime ces valeurs dans les fréquences cardiaques lentes (voir ci-dessous).
  • Pour des fréquences cardiaques rapides ou basses, les formules utilisant une fonction de régression linéaire sont préférables [3]. Citons les formules de Fridericia [QT/RR(0.33)] [4], Framingham [QT + 0,154 x (1000 – RR)] [9] et Hodges [QT + 105 x (1/RR – 1)] avec R-R en ms [5].

Les sites ci-dessous permettent de calculer le QTc (toutes formules avec comparaison)

Certains ordinateurs calculent automatiquement le QTc (à partir de la médiane des QTc, en supprimant les extrêmes). Les valeurs affichées sont généralement fiables, mais doivent être impérativement validées par la mesure manuelle du QT (surtout si le rythme est irrégulier, les QRS larges ou si l’activité atriale ou l’onde U masque la fin de l’onde T) [6]. Tout comme pour le calcul manuel du QTc, il est parfois nécessaire de moyenner trois valeurs successives proposées par les algorithmes. En cas de calcul du QTc avant et après prise médicamenteuse, attention à bien comparer les valeurs à l’aide du même algorithme (la même machine, la même formule et la même version d’algorithme…).

Les valeurs moyennes de QTc pour les hommes et les femmes post-pubertaires en bonne santé sont d’environ 410 ms et 420 ms, respectivement.

 

QTc long

  • Quand la valeur du QTc est > 450 ms (homme) ou > 460 ms (femme) on parle d’un Intervalle QT long [6]. Des valeurs comprises entre 430–450 ms chez l’homme entre et 450–470 ms chez la femme doivent être considérées comme « borderline » [5].
  • Quand la valeur de QTc dépasse la valeur du 99e centile pour des individus en bonne santé (soit 460 ms chez les deux sexes avant la puberté, 470 ms chez les hommes postpubertaires et 480 ms chez les femmes postpubertaires), en l’absence de tout facteur exogène aggravant le QTc, il existe un risque accru d’arythmies ventriculaires
  • Un intervalle QTc > 480–500 ms sur des ECG répétés est considéré comme diagnostic pour le syndrome du QT long congénital, alors qu’une valeur > 460–480 ms sur des ECG répétés en présence de syncope inexpliquée est suffisante pour poser le diagnostic (syndrome du QT long congénital) [10].
  • La correction du QT par la formule de Framingham aurait la meilleure valeur prédictive [7].
  • Un intervalle QTc ≥ 500 ms est à haut risque d’arythmie ventriculaire [5][6].

La surveillance d’un traitement médicamenteux pouvant allonger le QT et favoriser l’apparition de torsades de pointe est bien codifiée (cf. Intervalle QT et médicaments) [8]. Un QTc ≥ 500 ms justifie l’arrêt du traitement.

QTc et QRS larges

  • Le QT s’allonge en cas d’anomalie de conduction intraventriculaire (QRS larges), aussi un ajustement des valeurs normales s’impose selon la durée du QRS. Des formules proposées récemment proposent d’intégrer cette durée du QRS dans le calcul du QTc ou de comparer l’intervalle J-T [(intervalle Q-T) – (durée du QRS)] avec de nouveaux standards (cf. Intervalle QT ; QRS larges).
  • Le QT s’allonge en cas de stimulation ventriculaire par pacemaker. Des formules existent pour corriger le QT mesuré (voir [11]).

 

QT court

 

Videos YouTube (P. Taboulet)

 

Voir aussi : QT long congénital, Hypokaliémie, Chloroquine, Cocaïne

 

CONTACT CARDIO INTERVALLE QT APHP AP-HP. Nord – Université de Paris

Bichat : Tél 56504 – Fax 58849

Lariboisière : Tél 58189 – Fax 56846

St Antoine/Pitie Salpêtrière Tel : 63043 ; email : rythmo.qtcovid.psl@aphp.fr

HEGP Tel 01 56 09 55 12 ;  equipe.rythmo@egp.aphp.fr

Henri Mondor Tel 35964   ; qt-covid.mondor.hmn@aphp.fr


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre