Dérivations précordiales

Dérivations unipolaires* qui permettent l’enregistrement de l’activité cardiaque dans le plan horizontal en avant du coeur (“précordiales”) (cf. Electrodes précordiales). Les dérivations V1 à V6 (dérivations de Wilson, 1931) sont regroupées sous le nom de « dérivations antérieures ». Chaque dérivation de Wilson est obtenue pour le pôle positif par le potentiel mesuré au niveau de l’électrode Vx et pour le pôle négatif par la sommation des potentiels des électrodes d’Einthoven (DI, DII et DIII = WCT) tel que Vx = Ep – EWCT.

  • V1-V2 : analyse unipolaire de l’activité en regard du septum, de l’OD et du VD
  • V3-V4 : analyse unipolaire de l’activité en regard de l’apex du cœur
  • V5-V6 : analyse unipolaire de l’activité en regard de la paroi latérale du VG

*Les dérivations unipolaires sont obtenues par soustraction du Potentiel (E) entre l’électrode de mesure de P (ex. V1, V2, V3…) et l’électrode du potentiel central terminal de Wilson (obtenu par la sommation des potentiels des électrodes DI, DII et DIII = WCT) tel que VP = Ep – EWCT.

Les dérivations DI et V6 (latérales gauches), VR et V1 (supérieures droites) et VL et V2 (supérieures gauches) explorent l’activité électrique du cœur selon des axes perpendiculaires, mais si le vecteur électrique moyen est situé sur la bissectrice des axes, ces dérivations peuvent être similaires.

L’aspect des QRS en dérivations V1 à V6

L’aspect des QRS en dérivations V1 à V6 est physiologiquement stéréotypé en raison de l’activation électrique des ventricules (si conduction normale nodo-hissienne). L’influx qui provient du noeud atrioventriculaire gagne le septum ventriculaire musculaire qu’il dépolarise de la gauche vers la droite (vecteur de charges électriques positives qui se rapproche de V1 et s’éloigne de V6), puis les charges positives des influx dépolarisants gagnent simultanément les ventricules droit et gauche. Le vecteur électrique résultant dépend de la taille (fonctionnelle) de chaque ventricule, des propriétés de conduction et de la dérivation qui l’enregistre.

La schématisation simplifiée de la dépolarisation séquentielle des ventricules se traduit ainsi sur l’ECG :

  1. micro onde r initiale en V1  tandis qu’en V6 on observe une onde q liée à la dépolarisation septale.
  2. onde S en V1 et onde R en V6 liées à la dépolarisation électriquement dominante du VG sur le VD. Il en résulte un aspect rS en V1 (cf. Dérivation V1) et qR en V6 (cf. Dérivation V6)
  3. Entre V1 et V6, l’onde R croît harmonieusement jusqu’en V4(V5) et décroissent jusqu’en V6(V9) tandis que l’onde S croît de V1 à V2 avant de décroître. De (V4)V5 à V9, les QRS débutent par une micro onde q
  4. La zone de transition est habituellement située en V3-V4, souvent plus précoce en cas de repolarisation précoce.

 

Les précordiales V3R-V4R

L’enregistrement des dérivations précordiales V3R-V4R est mal codifié. On peut laisser en place V1 ou V2 et remplacer V3 et V4 par V3R et V4R puis poursuivre par V7 V8 V9 (on a donc V2-V3R-V4R-V7-V8-V9). On peut aussi laisser en place V1 et V2 puis poursuivre de V3R à V6R ce qui offre une progression logique et plus exhaustive des dérivations précordiales droites de V1 à V6R (Cf. Infarctus du VD, Infarctus basal).

ATTENTION

NB. De nombreux problèmes d’interprétation des dérivations précordiales sont dues un mauvais positionnement des électrodes sur le thorax et en particulier V1V2 (Cf. électrodes V1V2 trop hautes). Il est essentiel de bien connaitre le placement des électrodes précordiales.D’autres dérivations sont parfois utiles pour affirmer certains diagnostics :

  • V7-V9 (ou dérivations basales) : analyse unipolaire des dérivations en regard de la paroi basal du VG pour la recherche d’un ‘infarctus basal
  • V3R, V4R* (ou dérivations du VD) pour pour la recherche d’un infarctus du ventricule droit
  • V3 remplacé par V4R pour l’appréciation d’une hypertrophie VD chez l’enfant
  • V1-V2 au 2e espace intercostal pour le syndrome de Brugada type 1 (électrodes V1C2-3 et V2C2-3)