Dérivations précordiales

Dérivations qui permettent l’enregistrement de l’activité cardiaque dans le plan horizontal (cf. Electrodes précordiales). Les dérivations V1 à V6 (dérivations de Wilson, 1931) sont regroupées sous le nom de « dérivations antérieures ».

  • V1-V2 : analyse unipolaire de l’activité en regard du septum, de l’OD et du VD
  • V3-V4 : analyse unipolaire de l’activité en regard de l’apex du cœur
  • V5-V6 : analyse unipolaire de l’activité en regard de la paroi latérale du VG

D’autres dérivations sont parfois utiles pour affirmer certains diagnostics :

  • V7-V9 (ou dérivations basales) : analyse unipolaire des dérivations en regard de la paroi basal du VG pour la recherche d’un ‘infarctus basal ou parfois la détection d’une hypertrophie VG 
  • V3R, V4R et VE (ou dérivations du VD) pour pour la recherche d’un infarctus du ventricule droit
  • V3 remplacé par V4R pour l’appréciation d’une hypertrophie VD chez l’enfant

L’aspect des QRS de V1 à V6 est physiologiquement stéréotypé en raison de l’activation électrique des ventricules. Ainsi, la dépolarisation commence au niveau du septum et apparaît en V1 sous la forme d’une micro onde r (cf. Dérivation V1). Puis les ondes R croissent harmonieusement jusqu’en V4(V5) et décroissent jusqu’en V9 tandis que l’onde S croît de V1 à V2 avant de décroître. De (V4)V5 à V9, les QRS débutent par une micro onde q (cf. Dérivation V6). La zone de transition est habituellement située en V3-V4, souvent plus précoce en cas de repolarisation précoce.

 

Certaines électrodes sont parfois posées plus haut sur le thorax, entre la 2e et la 3e côte ou entre la 3e et la 4e côte, afin de rechercher un infarctus antérieur haut, un syndrome de Brugada ou dans le cadre d’une vectocardiographie. Les dérivations sont alors appelées VxC2-3 ou VxC3-4.