Dérivations frontales

Dérivations qui permettent l’enregistrement des variations de potentiel électrique du coeur dans le plan frontal (cf. Activation électrique du cœur et Electrodes frontales ou électrodes des membres) [1].

  • I ou DI : dérivation bipolaire entre le poignet droit et poignet gauche
  • II ou DII : dérivation bipolaire entre le poignet droit et la jambe gauche
  • III ou DIII : dérivation bipolaire entre le poignet gauche et jambe gauche
  • VR : dérivation unipolaire sur le poignet droit
  • VL : dérivation unipolaire sur le poignet gauche
  • VF : dérivation unipolaire sur la jambe gauche

Les dérivations unipolaires sont obtenues par soustraction du Potentiel (P) entre l’électrode de mesure de P (ex. VR, VL ou VF) et l’électrode du potentiel central terminal de Wilson (obtenu par la sommation des potentiels des électrodes DI, DII et DIII = WCT) tel que VP = Ep – EWCT. Les dérivations unipolaires frontales (Golberger 1942) représentées sur l’ECG sont en fait augmentées de 50% (aVR, aVL, aVF) telles que aVL = 3/2 VL [3].

Utile

  • La lettre D, pour « dérivation », n’est pas en usage dans les pays anglo-saxons qui les appellent simplement I, II et III. En revanche, la lettre a devant une dérivation unipolaire (V pour augmented voltage) n’est pas en usage en France où l’on écrit simplement VR, VL, VF.
  • Les dérivations standards des membres sont DI, DII et DIII, mais DIII est calculée à partir de DI (angle anatomique 0° et DII angle anatomique à peu près à 60° entre le poignet droit et la jambe gauche) en raison du triangle d’Einthoven car DII = DI+DIII  et donc DIII = DII-DI [4].
  • Sur un ECG, les dérivations frontales sont classiquement représentées de haut en bas : DI-DII-DIII et VR-VL-VF (ou de gauche à droite). Ce type de représentation est moins logique que la présentation de Cabrera : VL, DI, -VR, DII, VF puis DIII. Cette représentation panoramique améliore la quantification spatiale de l’infarctus, facilite les calculs d’axe de QRS et se calque sur la méthode de représentation des dérivations précordiales. Elle est actuellement recommandée par les Sociétés de Cardiologie américaines [1].

Il faut éviter la position thoracique ou abdominales des 4 électrodes des membres. Elles entrainent des modifications notables incompatibles avec une interprétation fiable de l’ECG (en dehors du rythme) [2] : voir Electrodes frontales

 

Les dérivations frontales sont nécessaires pour le calcul de l’axe du coeur et le diagnostic des blocs fasciculaires,

Elles facilitent également le diagnostic des troubles du rythme et de :

 

Références réservées aux abonnés


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre