ECG spécial : ECG d’effort

Enregistrement de l’électrocardiogramme lors d’un effort quantifié, sur bicyclette ou tapis roulant. Cette épreuve peut être utile pour le diagnostic et l’évaluation d’une insuffisance coronaire, expliquer certaines syncopes ou évaluer un risque d’arythmie sévère.

Une épreuve d’effort peut être utile pour

a) révéler une ischémie coronaire

b) apprécier le risque arythmogène

  • au cours d’une insuffisance coronaire ou au décours d’un infarctus. En effet, la modification de l’équilibre vaso-adrénergique peut déclencher une arythmie ventriculaire au cours de l’effort (importance du tonus adrénergique) ou en phase de récupération (importance du tonus vagal). Une TV survenant au maximum de l’effort et d’aspect polymorphe est en faveur d’une ischémie résiduelle (mécanisme de post-dépolarisation) tandis qu’une TV survenant au début ou en phase de récupération et d’aspect monomorphe est en faveur de l’existence d’un substrat arythmogène permanent (mécanisme de réentrée), insensible à un geste de revascularisation.
  • dans le bilan de certaines cardiomyopathies

c) apprécier la période réfractaire antérograde d’un faisceau accessoire et donc le risque de transformation en FV d’une fibrillation atriale avec faisceau accessoire. Si la préexcitation disparaît brusquement d’un cycle à l’autre, le risque de FV est faible car la période réfractaire est suffisamment longue.

d) révéler au cours d’un bilan de syncope ou de désadaptation à l’effort, un bloc AV lésionnel « fréquence-dépendant » de siège intrahissien ou infrahissien (qui s’aggrave au cours de l’effort)

e) évaluer l’efficacité d’un traitement antiarythmique ou d’un défibrillateur