Electrodes précordiales

Electrodes posées sur la face antérieure du thorax devant le coeur (précordium) afin d’enregistrer les dérivations précordiales.

Leur disposition est définie par des repères osseux précis. L’identification du 4ème espace intercostal est déterminante. Son repérage est facilité par la palpation à deux doigts horizontaux sur le sternum de l’angle de Louis (qui donne la position des 2e côtes).

  • V1 : 4ème espace intercostal droit, bord droit du sternum (parasternal).
  • V2 : 4ème espace intercostal gauche, bord gauche du sternum (parasternal).
  • V3 : mi-chemin entre V2 et V4.
  • V4 : 5ème espace intercostal gauche, sur la ligne médioclaviculaire.
  • V5 : même horizontale que V4, ligne axillaire antérieure.
  • V6 : même horizontale que V4, ligne axillaire moyenne.
  • V7 : même horizontale que V4, ligne axillaire postérieure.
  • V8 : même horizontale que V4, sous la pointe de l’omoplate.
  • V9 : même horizontale que V4, à mi-distance entre V8 et les épineuses postérieures
  • V3R : symétrique de V3 par rapport à la ligne médiane (R pour right).
  • V4R : symétrique de V5 par rapport à la ligne médiane (R pour right).
  • VE : au niveau de la xiphoïde.

Il est d’usage de débuter par la pose de l’électrode V1 dans le 4ème espace intercostal droit.

  • Les médecins apprennent à positionner V1 à partir de l’angle de Louis sur le sternum (qui donne la position des 2e côtes)
  • Les infirmiers apprennent à positionner V1 à partir de l’espace interclaviculo-costal, puis à rechercher le 4eme espace intercostal. Cette méthode génère 50% d’erreurs… (cf. Electrodes V1V2 trop hautes)

Ma méthode consiste à débuter par la pose de l’électrode V4 dans le sillon sous mammaire gauche, sur la ligne verticale médio-claviculaire (repérage du creux intercostal du bout de l’index), puis – à partir de là – les autres électrodes [6] . Vidéo. P. TabouletComment enregistrer un ECG

 

Erreurs et conséquences

  • Des erreurs dans la disposition des électrodes précordiales sont fréquentes, qu’il s’agisse d’une position trop haute (surtout V1-V2 et V5-V6), trop basse (surtout V3-V4) ou d’une inversion d’électrodes [3]. Pour les détecter, il faut exiger que les dérivations V1 et V6 ressemblent à ce qu’elles doivent être (Cf. Dérivation V1 et Dérivation V6) et que les QRS se modifient harmonieusement de V1 à V6 (cf. Dérivations précordiales). En cas de doute, il faut refaire soi-même le tracé ou contrôler avec un tracé antérieur…
  • Un décalage de quelques centimètres peut fausser la lecture des complexes QRS-T et empêcher des comparaisons. Ainsi le (trop fréquent) déplacement vers le haut de V1-V2 peut faire apparaître des ondes Q et peut simuler un infarctus ou un aspect de bloc incomplet droit avec rSr’ ou une repolarisation Brugada [3]. Cette erreur peut être soupçonnée par l’entière négativité de P en V2 [5] et la similitude des QRS en V1 avec ceux de VR. De même, le déplacement des électrodes V4-V6 vers le bas peut fausser les indices d’hypertrophie [1]. La position correcte des électrodes précordiales est essentielle pour le dépistage des cardiopathies [4].
  • Chez certaines personnes, malgré une position correcte des électrodes, des fausses anomalies sont possibles du fait de variation anatomique. Ainsi, chez les patients avec une position basse du diaphragme (comme par exemple dans la BPCO), V3 et V4 peuvent être situés au-dessus des limites ventriculaires et des ondes q peuvent apparaître et simuler un infarctus. Chez les femmes à forte poitrine, le placement des électrodes précordiales est problématique car le tissu mammaire réduit l’impédance et donc l’amplitude des vecteurs. De plus, la reproductibilité est mauvaise. On ne pose pas les électrodes sur le sein +++.
  • Certaines astuces permettent de limiter les faux contacts et parasites (cf. Artéfacts).

 

Références réservées aux abonnés


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre