Dérivation VL

Dérivation cardiaque qui explore l’activité électrique du cœur dans le plan frontal (-30°) (cf. Electrodes frontales).

Cette dérivation explore le territoire « latéral haut » (DI-VL) du VG. L’activité électrique du cœur y est peu voltée, car elle est souvent perpendiculaire à l’axe du cœur. Lorsque l’axe du cœur est normal (proche de 60°), les complexes QRS sont habituellement peu amples (quelques millimètres), le segment ST isoélectrique et l’onde T peut être positive ou négative, mais peu ample (quelques millimètres).

La dérivation VL est indispensable pour rechercher un bloc fasciculaire antérieur gauche. Dans ce cas, R est empâté à la base de VL, RVL ≥ RDI et l’axe du cœur est < -45°. De plus, en VL (DI) le segment ST est descendant et l’onde T négative.

Elle est indispensable pour rechercher un infarctus latéral, en particulier dans le territoire de l’artère circonflexe ou de sa branche marginale ou encore la diagonale de l’IVA.

– Ce diagnostic est facile si le sus-décalage de ST est ≥ 1 mm en DI-VL en situation ischémique (cf. Infarctus ST+).

– Il est parfois très difficile en raison du bas voltage des complexes QRS-ST-T observé dans en VL (sus-décalage de ST < 1 mm et/ou absent en dérivation DI).

– Tout sus-décalage de ST, même minime, peut traduire une occlusion coronaire, en particulier si les QRS sont peu amples, modifiés par l’ischémie (ex. R rabotées, onde q en formation, fragmentation), onde T trop ample (ex. > 100% du QRS) ou miroir visible en DIII.

– Les anomalies associées au segment ST ont une très grande valeur diagnostique positive ou négative dans ce territoire (cf. Infarctus équivalent ST+).

– Un sus-décalage de ST en V2 est en faveur d’une occlusion diagonale.

– un microvoltage des QRS en DI-VL-V6 avec microq, r rabotée et R < S avec T négative est en faveur d'une séquelle latérale...

Elle est utile pour rechercher une hypertrophie VG. Une onde RVL > 11 mm (souvent associée à une RDI > 15 mm) est en faveur d’une HVG (cf. Indice d’hypertrophie ventriculaire).

Pseudo High Lateral STEMI — How not to be deceived by ST elevation in aVL