Dérivations de Lian/Lewis/Lund/Fontaine

Position particulière des électrodes frontales utilisée parfois pour mieux visualiser une dissociation AV au cours d’une tachycardie à QRS larges (Lian, Lewis), pour mieux visualiser l’onde epsilon d’une cardiomyopathie arythmogène du VD (Fontaine) ou en cas d’artéfacts (Lund) (mise au point [1]).

Dérivations de Lian

  • Mettre l’électrode du membre supérieur droit au 3e espace intercostal droit
  • Mettre l’électrode du membre inférieur gauche, au niveau de la xiphoïde.
  • On crée ainsi une sorte d’amplification de l’activité atriale dans les dérivations de membre

Dérivations de Lewis (version classique) [1][2]

Dérivations de Fontaine pour l’amplification de l’onde epsilon parfois visible en précordiales droites en cas de cardiomyopathie du VD arythmogène [1]

  • La dérivation du bras gauche est placée à la xiphoïde, celle du bras droit en haut du manubrium, et celle de la jambe gauche à l’emplacement de V4.
  • L’ECG doit être enregistré à double vitesse (50 mm/s) et double voltage (20 mm/s) avec un filtre supérieur (passe haut) élevé, proche de 150 Hz

Dérivations de Lund [3] 

Positionnement des électrodes près des racines des membres pour éviter les tremblements, en particulier au cours des épreuves d’effort, mais également chez le vieillard (électrodes supérieures sur les deltoïdes en regard de la tête humérale, électrodes inférieures sur le grand trochanter)

 

 

Dérivations de Khan

Pour réduire les artéfacts/parasites en modifiant le la position des électrodes des membres (voir ci-dessous).

 

ECG à 4 électrodes et 22 dérivations (Une publication de de Cardiosecur® en 2020 [4])

 

Monitoring (recommandations AHA 2004) [5]

 

Références et commentaires réservés aux abonnés


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion | Devenir membre | Devenir stagiaire