Dérivation cardiaque

Terme utilisé en cardiologie pour définir l’enregistrement de l’activité cardiaque entre deux électrodes [1] .

Les 12 dérivations d’un électrocardiogramme (ECG) sont obtenues par la pose de 10 électrodes sur la peau. La position des électrodes est définie par des repères anatomiques qui placent le cœur au centre d’un triangle (triangle d’Einthoven). Ces électrodes enregistrent l’activité cardiaque dans six dérivations du plan frontal (dérivations frontales ou dérivations des membres : DI, DII, DIII ou dérivations d’Einthoven et VF, VL, VR ou dérivations de Goldberger) et six dérivations du plan horizontal ou transverse (dérivations précordiales : V1 à V6 ou dérivations de Wilson).

Trois dérivations sont bipolaires (DI, DII et DIII) et enregistrent l’activité entre deux des trois électrodes d’Einthoven (poignet gauche, poignet droit et jambe gauche). Les autres sont unipolaires, avec une électrode positive (celle qui donne le nom à la dérivation que l’on explore) et l’autre nulle (obtenue par la combinaison des électrodes frontales). Ainsi VF est obtenue par l’électrode pied gauche comme pôle positif et les électrodes des poignets comme terre (négative) ; chaque dérivation de Wilson (V1 à V6) est obtenue pour le pôle positif par l’électrode Vx et pour le pôle négatif par la moyenne des électrodes d’Einthoven.

Les dérivations qui explorent la même région anatomique ou le même territoire coronaire du cœur sont dites dérivations concordantes. Par exemple, les dérivations V1-V2-V3 (territoire septal) sont concordantes avec l’artère interventriculaire antérieure. Le repérage d’anomalies ECG observées dans plusieurs dérivations concordantes renforce l’idée d’une ischémie coronaire. D’autres dérivations sont parfois utilisées pour explorer le ventricule droit (V3R, V4R, VE) ou la paroi basale du ventricule gauche (V7-V9). Deux dérivations frontales voisines s’appellent des dérivations adjacentes. Deux dérivations précordiales voisines s’appellent des dérivations contiguës.

NB. L’enregistrement d’une seule dérivation est utile pour la surveillance du rythme au lit du malade (sur un moniteur ou « scope ») ou à l’aide d’outils plus récents (Apple watch®, Alivecor®, T-shirt connecté…). L’enregistrement de plusieurs électrodes par la méthode de Holter permet l’enregistrement de l’activité électrique du cœur en ambulatoire.

 

[1] Connexion entre deux points d’un circuit électrique (Larousse).