Surcharge ventriculaire gauche

Anomalies secondaires de la repolarisation en rapport avec un « excès de charge » chronique, volumétrique ou barométrique, du ventricule gauche. Ces anomalies s’observent en cas d’augmentation du volume télédiastolique par résistance à l’éjection avec augmentation de l’épaisseur du myocarde (hypertrophie concentrique) ou dilatation ventriculaire (hypertrophie excentrique).

Synonyme (anglais) : strain pattern

Ces anomalies témoignent d’un remodelage électrique du ventricule.

  • Le sous-décalage de ST est descendant, légèrement convexe en haut en dérivations gauches où l’onde R est proéminente V5-V6(V4) et DI-VL(DII) à partir d’un point J généralement peu abaissé et suivi par une onde T inversée soit exclusivement négative, soit négative, mais diphasique et qui se redresse rapidement dans sa partie terminale pour retourner à la ligne de base (« overshoot ») [1]. L’aspect est évocateur d’un canard/cygne de profil dont on voit le dos, le cou, la tête et le bec qui regardent le QRS suivant [2].
  • L’amplitude de l’onde T inversée atteint souvent 5 mm, mais elle peut atteindre 20 mm au cours d’une cardiomyopathie hypertrophique.
  • L’abaissement du point J est habituel en cas d’ondes R amples ou larges. Il est proche de 1 mm, mais il peut atteindre 4 mm en cas de complexes QRS géants ou d’une cardiomyopathie hypertrophique.

Le strain s’observe généralement dans les dérivations où l’amplitude de l’onde R est ample. Il augmente la spécificité de l’ECG des indices d’HVG pour le diagnostic d’hypertrophie ventriculaire gauche (cf. Score de Romhilt-Estes). Mais, il peut s’observer aussi sans qu’un indice d’HVG soit positif. Il augmente alors la sensibilité de l’ECG pour le diagnostic d’hypertrophie ventriculaire et en aggrave le pronostic en particulier [2] au cours d’une valvulopathie [3][4].

 

NB. Les signes de surcharge ventriculaire droite sont similaires et s’observent en regard des dérivations droites (surtout V1V3) en cas d’hypertrophie ventriculaire droite (ex. Cardiopathie congénital type Fallot), pathologie pulmonaire chronique ou aiguë (Cf. Embolie pulmonaire, hypertension artérielle pulmonaire).

 

Lire. P. Taboulet. 100 autour de l’infarctus.  S-édition (2020); Suivre vidéo YouTube (5 min) : Quiz HVG sur la repolarisation 

[1] Hancock EW, Deal BJ, Mirvis DM et al. AHA/ACCF/HRS recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: part V: electrocardiogram changes associated with cardiac chamber hypertrophy… Circulation. 2009; 119(10):e251-61. (téléchargeable)

[2] Video YouTube. Hypertrophie ventriculaire gauche. P. Taboulet

[3] Shah AS, Chin CW, Vassiliou V, et al. Left ventricular hypertrophy with strain and aortic stenosis. Circulation. 2014;130(18):1607-16.

[4] Greve AM, Boman K, Gohlke-Baerwolf C, et al. Clinical implications of electrocardiographic left ventricular strain and hypertrophy in asymptomatic patients with aortic stenosis: the Simvastatin and Ezetimibe in Aortic Stenosis study. Circulation. 2012;125(2):346-53 (téléchargeable)

Wang K et al. ST-segment elevation in conditions other than acute myocardial infarction. N Engl J Med 2003; 349(22): 2128-35. (téléchargeable)