Onde J d’Osborn

Onde J observée par J.J. Osborn en 1953 au cours d’une hypothermie (par exposition au froid ou dans un cadre septique ou métabolique…) [1].

Il s’agit d’une déflexion positive visible (au moins 1 mm, jusqu’à 10 mm), fine ou légèrement arrondie au sommet, qui débute à la fin du complexe QRS, avant la fin de l’onde R, diffuse dans presque toutes les dérivations.

Elle peut apparaître à partir de 35°5 C et son amplitude augmente avec la profondeur de l’hypothermie. Elle correspond à un courant de lésion [2]. Elle ne constitue pas un signe de mauvais pronostic dans le cadre d’une  hypothermie [3].

Elle peut s’observer en dehors d’une hypothermie par exemple au cours d’une hypercalcémie ou d’un infarctus avant une fibrillation ventriculaire, et pour certains elle est équivalente d’un ECG Brugada (cf. Onde J) [4].


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre