Pause

Prolongation pendant plusieurs secondes de l’intervalle R-R. Cette prolongation peut être secondaire à un trouble de l’automatisme et/ou de la conduction.

Des pauses sinusales de 2 à 3 secondes (nocturnes notamment) peuvent être physiologiques, en rapport avec une hypertonie vagale transitoire. En revanche, la constatation de pauses de plus de 3 secondes, en dehors du contexte d’un malaise vagal, doit conduire à évoquer la possibilité d’une dysfonction sinusale. Certaines pauses (post tachycardie par exemple) témoignent d’un phénomène de conduction cachée.

Une pause post-extrasystolique est une pause secondaire à la survenue d’une extrasystole qui réinitialise le pacemaker dominant. Ce phénomène d’interférence est trompeur et peut faire évoquer à tort à un bloc AV (cf. Pseudo-bloc).

Une pause ventriculaire peut être en rapport avec un blocage sévère de l’influx supraventriculaire (bloc SA ou bloc AV). L’activité cardiaque est possible, si le bloc est incomplet ou temporaire ou qu’un rythme d’échappement ventriculaire prend la commande.

Les pauses sont parfois responsables de malaises ou syncopes et peuvent constituer des indications à la pose d’un stimulateur cardiaque.