Hypertrophie atriale droite (HAD)

Une hypertrophie/dilatation de l’oreillette droite (HAD) modifie les deux premiers tiers de la dépolarisation atriale (cf. Onde P sinusale).

Une HAD électrique est définie par une onde P sinusale ample en DII-DIII dont l’amplitude est > 2,5 mm (2,5 petits carreaux verticaux ou 0,25 mV). Une positivité initiale proéminente de l’onde P en V1 ou V2 (≥ 1,5 mm ou 0,15 mV) indique aussi l’existence d’une HAD [1].

Ces critères d’amplitude de l’onde P sont peu sensibles pour détecter une HAD mesurée par échocardiographie. On doit également suspecter une HAD en cas d’amplitude moindre, en cas de signes associés comme une onde P pointue avec un axe de P dévié à droite (> 70° ou mieux vertical), un aspect qR en V1 ou des critères d’hypertrophie ventriculaire droite [2].

Une HAD se rencontre de façon typique au cours d’une dyspnée aiguë, d’un cœur pulmonaire aigu ou d’un cœur pulmonaire chronique (voir Emphysème). Pour cette raison, on parle parfois d’onde P pulmonaire. L’amplitude est parfois telle qu’on parle d’onde P « gothique ».

Une HAD peut se rencontrer également au cours de l’évolution de certaines cardiopathies gauches (rétrécissement mitrale, insuffisance mitrale…) ou maladie pulmonaire.

[1] Hancock EW et al. AHA/ACCF/HRS recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: part V: electrocardiogram changes associated with cardiac chamber hypertrophy… J Am Coll Cardiol. 2009;53(11):992-1002. Review. (téléchargeable)

[2] Reeves WC, Hallahan W, Schwiter EJ, Ciotola TJ, Buonocore E, Davidson W. Two-dimensional echocardiographic assessment of electrocardiographic criteria for right atrial enlargement. Circulation. 1981;64(2):387-91. (téléchargeable)