Rythme

Mécanisme électrophysiologique à l’origine de la contraction des ventricules. A ne pas confondre avec la fréquence cardiaque qui est le nombre de battements par minute.

Le rythme résulte d’un automatisme normal, d’un hyperautomatisme, d’un automatisme anormal ou d’une réentrée. Il peut être d’origine :

– atrial : rythme sinusal, rythme du sinus coronaire, rythme atrial accéléré, rythme atrial multifocale, fibrillation, flutter ou tachycardie atriale focale

– jonctionnel : rythme d’échappement jonctionnel, RIJA, tachycardie jonctionnelle

– ventriculaire : rythme d’échappement ventriculaire, RIVA, tachycardie ventriculaire

– ou électro-entraîné : stimulateur extracorporel.

Il peut coexister des activités atriale, jonctionnelle, ventriculaire ou électro-entraînée différentes (ex. dissociation AV, dissociation isorythmique, parasystolie, bitachycardie). Dans ce cas, le rythme cardiaque est celui qui commande majoritairement les ventricules.

La connaissance du rythme et la mesure de la fréquence cardiaque sont un préambule à toute analyse des complexesQRS et de la repolarisation (cf. ECG : lecture, analyse et synthèse).