Bigéminisme

Survenue régulière d’extrasystole(s) après chaque complexe du rythme de base. On parle de bigéminisme atrial, jonctionnel ou ventriculaire selon l’origine de l’extrasystole.

Le bigéminisme classique réalise une paire : un complexe de base suivi d’une extrasystole. Plus rarement, le bigéminisme réalise un trio (un complexe de base et un doublet d’extrasystoles ou bigéminisme 1:2.

Le trigéminisme réalise un trio dans l’autre sens (deux complexes de base et une extrasystole ou bigéminisme 2:1).

Dans les deux cas, un couplage fixe traduit une  activité déclenchée.

Un bigéminisme témoigne d’un automatisme anormal. Ce n’est pas un signe de gravité en soit. Il peut être transitoire et bénin (ex. extrasystoles ventriculaires infundibulaires), qu’il y ait ou non une cardiopathie. Il faut rechercher un facteur déclenchant (cf. Arythmie) et le corriger.

 

On appelle parfois de rythmes bigéminés ou de « pseudo-bigéminisme » les couplages analogues réalisés par d’autres mécanismes que l’extrasystolie, par exemple certains blocs atrioventriculaires du second degré (3:2), certains échappements réguliers, certains rythmes réciproques ou la parasystolie.