Intervalle

Temps qui réunit entre eux des évènements électrophysiologiques complexes (ex. intervalle P-R, intervalle Q-T, intervalle R-R, intervalle T-P), par opposition aux segments, sous-unités de temps d’un intervalle, qui correspondent à des évènements plus élémentaires (ex segment PR, segment ST).

La mesure d’un intervalle s’effectue dans la dérivation où cet intervalle est le plus grand.  Elle peut se faire uniquement dans cette dérivation, mais cela sous-estime la durée réelle des composants du complexe P-QRS-T, en raison du non-alignement dans le temps des influx enregistrés et enregistrables dans des dérivations de localisation différentes.

Pour mesurer la durée d’un complexe QRS, il est recommandé d’utiliser plusieurs dérivations afin de repérer au mieux les déflexions la plus précoce et la plus tardive et calculer ainsi la durée de l’ « intervalle global ». Pour la mesure de l’intervalle QT cette recommandation ne s’applique pas, car les abaques qui donnent l’intervalle QTc ne sont pas adaptés.

Quand on parle d’ « intervalle », on met un tiret entre les lettres, quand on parle de « segment » ou qu’on omet le mot intervalle, le tiret n’est pas de mise. Cette pratique n’est pas consensuelle.