Axe des QRS

Axe du champ électrique moyen généré par les myocytes cardiaques lors de l’activation des ventricules.

Synonyme : axe électrique du cœur ou ÂQRS

Il renseigne sur la « force électrique » produite par la résultante des dépolarisations ventriculaires gauche et droite (Cf. Complexe QRS) assimilée à un vecteur unique. Il est dirigé physiologiquement vers la gauche, en bas et en arrière.

Seul l’axe de coeur dans le plan frontal apporte des renseignements utiles.

  • Chez l’adulte, l’axe se situe entre 30° et 60°, mais il peut être normal à gauche entre -30° et 90° voire 100° selon l’âge et la morphologie [1].
  • Chez l’enfant, l’axe se situe entre +30 et +190 degrés à la naissance et se déplace vers la gauche avec l’âge [1].
  • Il s’horizontalise (shift leftward) avec l’âge et chez l’obèse [2] et se verticalise chez les sujets jeunes ou longilignes [1].

L’axe du cœur est parfois incalculable car perpendiculaire au plan frontal (tous les QRS ont sensiblement la même amplitude et la même morphologie). Cet aspect est secondaire à une bascule du cœur vers le plan sagittal et n’a pas de valeur pathologique.

Axes pathologiques

Les Collèges américains de Cardiologie parlent d’axe gauche ou de déviation axiale gauche modérée entre -30° et +45° et d’axe droit ou de déviation axiale droite modérée entre 90° et 120°. Au delà, ils parlent de « déviation axiale gauche ou droite marquée » [1] qui peut se traduire en français par axe hypergauche ou axe hyperdroit.

Un axe anormal peut accompagner une anomalie de forme ou d’épaisseur d’une cavité cardiaque (ex. surcharge ventriculaire ou hypertrophie ventriculaire), une anomalie dans la séquence d’activation des ventricules (ex. blocs fasciculaires ou bloc de branche) et/ou des dommages cellulaires (ex. Séquelles d’infarctus).

  • L’ÂQRS s’éloigne d’un territoire infarci (une séquelle de nécrose inférieure dévie l’axe du coeur vers le haut) et se rapproche du côté de l’hypertrophie.
  • En présence d’une préexcitation ou d’un entrainement électrosystolique ventriculaire, on ne peut pas interpréter l’axe du cœur.
  • En cas de bloc de branche, l’ÂQRS doit être calculé à partir de la déflexion initiale des QRS (8 premiers centièmes de seconde ou 80 ms) pour ne pas en fausser la signification.

Calcul de l’ÂQRS dans le plan frontal

  • On mesure l’amplitude du complexe QRS en millimètre (déflexion positive R – déflexion négative S) dans deux dérivations frontales orthogonales (DI et VF);  puis on projette ces valeurs sur un schéma triaxial (cf. Triangle d’Einthoven) et on obtient un vecteur résultant qui donne l’axe du cœur (cf. Figure). C’est ainsi que procède les algorithmes de mesure fournis par les appareils modernes (Cf. Electrocardiographe).

En pratique, on se contente souvent d’une estimation rapide de l’ÂQRS (et on valide éventuellement la valeur donnée par l’ordinateur).

  • On repère la dérivation frontale la plus isoélectrique (R – S proche de 0); puis on cherche la dérivation perpendiculaire où le QRS est positif (R > S), car elle correspond alors à l’axe du coeur.
    • si le QRS est isoélectrique en DII (dérivation à 60°) et positif en VL (dérivation à -30°, perpendiculaire à DII) alors l’axe est gauche vers-30°;
    • si le QRS est isoélectrique en DII et positif en DIII alors l’axe est droit, perpendiculaire à DII soit 60° + 90° =  150°.
  • Plus simple mais moins précis, on estime l’axe du cœur avec l’axe de la dérivation qui présente la plus grande onde R (ou dans l’axe de la bissectrice des dérivations avec les deux plus grandes ondes R).

La valeur de l’axe doit figurer dans le compte rendu de lecture d’un ECG (Cf. ECG lecture).

Calcul/estimation de l’axe moyen du cœur dans le plan horizontal

  • Il est estimé grâce à la zone de transition.
  • La zone de transition habituelle est V3-V4.
  • En l’absence de bloc de branche, une déviation vers la gauche ou la droite évoque respectivement une hypertrophie ventriculaire gauche ou droite.

 

Voir : axe gauche ou hypergauche et axe droit ou hyperdroit

 

Vidéo et site web (en anglais, mais super)

 

Attention à l’inversion des électrodes frontales qui faussent le calcul et donc l’interprétation !

 

Références

[1] Surawicz B, Childers R, Deal BJ, et al. AHA/ACCF/HRS recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: part III: intraventricular conduction disturbances: a scientific statement from the American Heart Association Electrocardiography and Arrhythmias Committee, Council on Clinical Cardiology; the American College of Cardiology Foundation; and the Heart Rhythm Society: endorsed by the International Society for Computerized Electrocardiology. Circulation. 2009;119(10):e235–e240.  In adults, the normal QRS axis is considered to be within -30°and 90°. Left-axis deviation is -30°and beyond. Moderate left-axis deviation is between -30°and -45°. Markedleft-axis deviation is from -45° and -90° and is often associated with left anterior fascicular block. Moderate right-axis deviation in adults is from 90° to 120°, and marked right-axis deviation, which is often associated with left posterior fascicular block, is between 120°and 180°. In the absence of a dominant QRS deflection, as in an equiphasic QRS complex, the axis is said to be indeterminate.

  • 8 to 16 y : Normal Values 0° to 120° ; > 120° Right-axis deviation
  • 5 to 8 y : Normal Values 0° to 140° ; > 140° = Right-axis deviation; < 0° Left-axis deviation
  • 1 to 5 y : Normal Values 5° to 100° ; > 100° = Right-axis deviation
  • 1 mo to 1 y : Normal Values 10° to 120° ; > 120° = Right-axis deviation; < 10° to -90° = Left-axis deviation
  • Neonate : Normal Values 30° to 190° ; > 190° to -90° = Extreme right-axis deviation ; < 30° to < -90° = Left-axis deviation

[2] Bacharova L, et al. A different effect of obesity on ECG in premenopausal and postmenopausal women. J Electrocardiol. 2018;51(6):1085-1089.