S1Q3

Abréviation qui signifie « onde S en DI et onde Q en DIII ». Ce signe est attribué à McGinn et White (1935) [1]. Il n’y a pas de définition consensuelle de la taille des ondes S ou Q, mais certains retiennent SDI > 1,5 mm, d’autres SDI proéminente ou S ≥ R).

Il traduit une dextrorotation – physiologique ou pathologique – le long de l’axe longitudinal du cœur, ce qui amène le ventricule droit davantage en avant et à droite du ventricule gauche. Il est recherché comme indice pour une hypertrophie/dilatation du ventricule droit.

Ce signe, seul ou en association avec d’autres indices ECG, est parfois utilisé pour renforcer une hypothèse d’embolie pulmonaire.

  • il est peu spécifique car se rencontre chez l’adulte longiligne, au cours du bloc de branche droit et dans les autres pathologies avec surcharge ventriculaire droite comme une BPCO ou une hypertension artérielle pulmonaire
  • il est peu sensible car présent dans moins de 10% des embolies et son absence ne doit pas être utilisée pour éliminer cette hypothèse [2]
  • le signe S1Q3T3 (avec T négative en DIII) est moins fréquent; il aggrave le pronostic d’une embolie, seul ou en association avec d’autres signes (score de Daniel) [4][5]
  • le signe isolé S en DI (> 1,5 mm) est plus fréquent mais moins spécifique [6].

NB. En règle générale, la présence d’une onde S proéminente sur R en DI est rare et doit faire rechercher une pathologie cardiovasculaire chez l’adulte [3].

 

Diagnostic différentiel : hémibloc postérieur gauche, coeur vertical physiologique

 

Autres ECG

Références réservées aux abonnés


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre