Parasystolie

Arythmie cardiaque causée par l’interaction de deux foyers indépendants d’automatisme. Généralement, le foyer d’automatisme de base est le nœud sinusal et le foyer ectopique est ventriculaire [1]. Il co-existe donc deux foyers d’automatisme sur l’ECG. C’est un phénomène rare, généralement transitoire, mais qui peut persister pendant plusieurs mois ou années [2][3][4].

Physiopathologie

Le foyer ectopique d’automatisme anormal se dépolarise très régulièrement, protégé plus ou moins complètement de l’action du pacemaker principal par un “bloc d’entrée” unidirectionnel. Les influx ne sont transmis aux cellules voisines qu’en fonction des fréquences respectives du pacemaker principal et du foyer parasystolique et de leurs périodes réfractaires.

ECG

La parasystolie doit être évoquée devant des extrasystoles répétitives qui ne décalent pas le rythme de base (en général sinusal). Le foyer d’extrasystolie provient en général d’un ventricule (ESV à QRS larges). Il provient plus rarement du noeud AV ou du tronc du faisceau de His (EESV) voire d’un faisceau de la branche gauche (QRS fins) [2]. La fréquence de ces parasystoles varie entre 30 et 60/min avec des extrêmes entre 20 et 400/min (tachycardie parasystolique).

Critères diagnostiques

  • ESV (ou ESSV) séparées par des intervalles interectopiques réguliers ou multiples d’un dénominateur commun.
  • La fréquence du pacemaker dominant (en général sinusal) n’est pas affectée par les extrasystoles et donc couplage variable entre les complexes QRS de base et la parasystolie.
  • Il en résulte de fréquents complexes de fusion.

Ces extrasystoles sont en général associées à une cardiopathie et ont alors une valeur pronostique péjorative [3]. Elles peuvent disparaitre à l’occasion d’un massage sino-carotidien ou un effort [3].

 


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion

| Devenir membre | Devenir stagiaire