Déflexion intrinsécoïde

La déflexion intrinsécoïde (DI) est le temps qui sépare le début du complexe QRS du sommet de l’onde R (« temps d’inscription de l’onde R ») [1].

 

En rythme supraventriculaire, ce temps correspond à la durée de la dépolarisation ventriculaire depuis le septum jusqu’au myocarde sous-jacent à l’électrode exploratrice.

 

La DI physiologique en V1 est ≤ 35 ms et en V6 < 55 ms ; cette différence s’explique par l’épaisseur respective des ventricules (environ 3 mm pour le droit contre 12 mm pour le gauche) et leurs diamètres (VD ≤ 2/3 du VG).

La DI est influencée par la vitesse de conduction (cf. Conduction intracardiaque) et la distance à parcourir (dilatation et épaisseur de la cavité myocardique). La DI intervient donc comme critère dans les diagnostics de blocs de branchehypertrophie ventriculaire et tachycardie ventriculaire.

  • On parle de « retard à l’apparition de la DI en précordiales droites » ou plus simplement de « retard droit » quand le temps d’inscription de l’onde R (la plus tardive) est ≥ 40 ms en V1. En cas de bloc de branche droit complet, la DI est > 50 ms. Quand le QRS est polyphasique, la DI est celle qui comporte la ligne de descente la plus abrupte.
  • On parle de « retard à l’apparition de la DI en précordiales gauches » ou plus simplement de « retard gauche » quand le temps d’inscription de l’onde R (la plus tardive) est ≥ 55 ms en V6. En cas de bloc de branche gauche complet, la DI est > 60 ms. Cette valeur n’est atteinte parfois qu’en V7 au 5ème espace intercostal ou en V6 au 3ème espace intercostal. En effet, le retard de DI y est parfois mieux vu en cas de déplacement important vers la gauche de la zone de transition ou d’axe hypergauche [1].

D’autres troubles de conduction intraventriculaire (anti-arythmiques, stabilisants de membrane, hyperkaliémie…) peuvent considérablement prolonger la DI (cf. Bloc intraventriculaire).

La mesure du temps d’inscription de l’onde R en DII permet de séparer avec une très forte valeur prédictive les TSV des TV (cf. Indice de Pava). Un temps ≥ 50 ms aurait un rapport de vraisemblance positif égal à 35 en faveur d’une TV [2].

[1] Surawicz B, Childers R, Deal BJ, et al. AHA/ACCF/HRS recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: part III: intraventricular conduction disturbances: a scientific statement from the American Heart Association Electrocardiography and Arrhythmias Committee, Council on Clinical Cardiology; the American College of Cardiology Foundation; and the Heart Rhythm Society: endorsed by the International Society for Computerized Electrocardiology. Circulation. 2009;119(10):e235–e240. (téléchargeable)

[2] Pava LF, et al. R-wave peak time at DII: A new criterion for differentiating between wide complex QRS tachycardias. Heart Rhythm. 2010;7(7):922-6

[3] Deng J, Chen T, Zeng C, Lu N, Zhou L, Tan X, Yu M. R-wave peak time at lead II in Chinese healthy adults. BMC Cardiovasc Disord. 2016;16:88.  (téléchargeable) La DI mesurée chez des volontaires sains chinois est < 40 ms dans la très grande majorité des cas