Déflexion intrinsécoïde

Le temps d’inscription de la déflexion intrinsécoïde (DI) est le temps qui sépare le début du complexe QRS du sommet de l’onde R. Il est préférable d’utiliser le terme « temps d’inscription de l’onde R » [1][2].

 

 

En rythme supraventriculaire, ce temps correspond à la durée qui sépare le début de la dépolarisation septale jusqu’au myocarde sous-jacent à l’électrode exploratrice. Le choix de l’électrode utile (V1, V6 ou DII) dépend de l’indication de la mesure.

 

 

 

 

 

Physiologie

La DI est influencée par la vitesse de conduction (cf. Conduction intracardiaque) et la distance à parcourir (dilatation et épaisseur de la cavité ventriculaire).

La DI physiologique en V1 est ≤ 35 ms et en V6 ≤ 55 ms [1][2]; cette différence s’explique par l’épaisseur respective des ventricules (environ 3 mm pour le droit contre 12 mm pour le gauche) et leurs diamètres (VD ≤ 2/3 du VG).

La DI intervient comme critère dans les diagnostics de bloc de branchehypertrophie ventriculaire et tachycardie ventriculaire.

  • On parle de « retard à l’apparition de la DI en précordiales droites » ou plus simplement de « retard droit » quand le temps d’inscription de l’onde R (la plus tardive) est ≥ 40 ms en V1. En cas de bloc de branche droit incomplet ou bloc de branche droit complet, la DI est > 50 ms [1]. Quand le QRS est polyphasique, la DI est celle qui comporte la ligne de descente la plus abrupte.
  • On parle de « retard à l’apparition de la DI en précordiales gauches » ou plus simplement de « retard gauche » quand le temps d’inscription de l’onde R (la plus tardive) est > 55 ms en V6. En cas de bloc de branche gauche incomplet ou bloc de branche gauche complet, la DI est > 60 ms [1]. Cette valeur n’est atteinte parfois qu’en V7 au 5e espace intercostal ou en V6 au 3e espace intercostal. En effet, le retard de DI y est parfois mieux vu en cas de déplacement important vers la gauche de la zone de transition ou d’axe hypergauche [1].

D’autres anomalies de conduction intraventriculaire (antiarythmiques, effet stabilisant de membrane, hyperkaliémie…) peuvent considérablement prolonger la DI (cf. Bloc intraventriculaire, ECG en situation toxique, hyperkaliémie).

La mesure de la DI (ou temps d’inscription de l’onde R) est utile en DII pour faciliter la distinction entre TSV à QRS larges et TV. Un temps ≥ 50 ms a une excellente valeur prédictive en faveur d’une TV (cf. Indice de Pava) [3].

 

Références commentées (abonnés)


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion

| Devenir membre | Devenir stagiaire