Bloc de branche 2. droit complet

Interruption de la conduction dans la branche droite du faisceau de His.

Un bloc de branche droit (BBD) peut être secondaire à une atteinte anatomique organique (lésion) ou fonctionnelle (cf. Aberration ventriculaire).

Conséquences : la dépolarisation du septum puis celle de la paroi libre du ventricule gauche débutent normalement grâce à la conduction maintenue dans la branche gauche ce qui préserve en V1-V2 l’onde r (ou rS) et en V5-V6 l’aspect qR ou R. Puis, le ventricule droit se dépolarise avec retard ( » retard droit « ) à l’origine d’une onde R’ large en V1 et s large en V6 (d’où l’aspect habituel en V1-VR rsR’ et en V6-DI Rs). Les conséquences hémodynamiques sont négligeables, contrairement au bloc de branche gauche.

Forme typique

Les critères diagnostiques associent trois critères indispensables [1]

  1. une durée des QRS ≥ 120 ms (dans au moins une dérivation quelconque)
  2. un retard droit en V1-V2 avec aspect rsr’, rsR’, rSR’ avec une onde r initiale (qui reflète le septum) moins ample et large que l’onde r’ ou R’ (qui reflète le ventricule droit). Plus rarement, on observe un aspect qR ou RR’ ou encore une seule onde R large. Le retard à l’apparition de la déflexion intrinsécoïde en V1 (ou temps d’inscription du sommet de la dernière onde R) est > 50 ms.
  3. une onde S peu profonde, mais large en DI ou V6 (de durée supérieure à R ou S > 40 ms chez l’adulte).

Critères associés

  • L’axe des QRS est normal (30-90°) ou dévié à droite (90-110°) et l’onde R est élargie en DIII (aspect qR). En cas de déviation axiale hyperdroite > 110°, le bloc droit est dit de « type rare », de signification plus équivoque (ex. Cœur vertical, Emphysème, Hypertrophie VD ou BFPG). En cas de déviation axiale gauche < -30°, il faut rechercher une hypertrophie VG ou un BFAG (axe < -45°) ou une séquelle de nécrose en territoire inférieur.
  • Des anomalies secondaires de la repolarisation en V1-V2 et parfois V3 sont habituels. Dans ces dérivations seulement, lorsque la déflexion terminale du QRS est positive (40 dernières ms), on observe un sous-décalage du segment ST, descendant à partir d’un point J généralement isoélectrique ou un peu sous-décalé. Le segment ST est plutôt convexe vers le haut, et se termine par une onde T asymétrique à polarité négative. Si la déflexion terminale du QRS devient négative (à partir de V4 ou parfois V3 ou V2), le segment ST peut avoir une pente légèrement ascendante et l’onde T devient positive. En règle générale, les vecteurs de repolarisation du ST-T sont opposés à la portion terminale lente du QRS (cf. Discordance appropriée) [1].
  • Des critères atypiques comme une durée des complexes QRS ≥ 150-155 ms, une onde q ou une onde epsilon en V1 ou au contraire une onde R ou R’ trop ample (ex ≥ 20 mm) en V1, des QRS trifragmentés, des ondes Q doivent faire rechercher une pathologie associée comme une cardiopathie congénitale, une cardiomyopathie dilatée, hypertrophique, dysplasie arythmogène ou une cardiopathie ischémique :

Formes atypiques

  • En cas de déviation axiale droite > 110°, le bloc droit est dit de « type rare » ce qui évoque une maladie pulmonaire (BPCO, Emphysème), une  hypertrophie VD ou un exceptionnel bloc fasciculaire postérieur gauche.
  • En cas de déviation axiale gauche < -30°, il faut rechercher un BFAG (Cf. Bloc bifasciculaire) ou une hypertrophie VG (Cf. Hypertrophie et bloc).
  • En cas de complexes QRS larges (ex. > 150 ms) il faut rechercher une pathologie cardiaque (HVG, cardiopathie ischémique, cardiopathie congénitale, cardiomyopathie), une cause métabolique (hyperkaliémie) ou toxique (ex. stabilisant de membrane, psychotrope…)
  • On parle de bloc de branche droit déguisé ou masqué :

déguisé : quand l’aspect de bloc de branche droit est visible en précordiales droites, mais associé à un aspect de bloc de branche gauche dans les dérivations des membres (avec onde s petite ou absente en DI) ou dans les dérivations précordiales unipolaires V4-V6 (avec absence d’onde S en V5-V6), indiquant une maladie grave et diffuse de la conduction intracardiaque, de mauvais pronostic [7].

masqué (« Masquerading Bundle Branch Block« ) : quand l’aspect de bloc de branche droit est masqué en précordiales droites (pas d’onde R’ en V1-V2), mais suggéré par une onde s > 40 ms en DI-VL ou V5-V6. Cela s’observe quand les QRS sont larges en dérivations frontales, simulant un bloc de branche gauche, avec une déviation axiale hypergauche proche de -60° et persistance d’une onde q en frontales gauches (bloc fasciculaire antérieur gauche « de haut degré ») [8]. Tout BFAG de durée > 120 ms avec une onde s > 40 ms en DI-VL ou V5-V6 doit faire évoquer l’existence d’un bloc de branche droit associé et donc un bloc bifasciculaire de mauvais pronostic [9]. Il peut être facilement révélé par l’enregistrement de dérivations précordiales unipolaires hautes et droites (V1-V2 placées 1 ou 2 espaces intercostaux plus haut).

 

Etiologies

  • En cas de bloc droit pur, sans aucune atypie de l’axe frontal, de la forme, de l’amplitude et de la durée des QRS (ex 120-150 ms) ni de la repolarisation, le BBD est généralement secondaire à une dégénérescence ± précoce du tissu de conduction (forme bénigne). Néanmoins, il peut évoluer vers un bloc AV complet (Maladie de Lenègre) [5][6].

La découverte d’un BBD complet typique isolé ne contrindique pas la pratique du sport et des explorations ne sont pas nécessaires (Cf. ECG du sportif).

  • En cas de bloc droit impur, le BBD peut être secondaire à une cardiopathie ischémique (cf. Insuffisance coronaire), une cardiopathie valvulaire (ex. mitrale), une cardiomyopathie primitive (ex. Cardiomyopathie arythmogène du VD…), certaines cardiopathies congénitales (ex. Tétralogie de Fallot, CIA) ou un cœur pulmonaire chronique ou aiguë (ex. Hypertrophie VD, embolie pulmonaire) ou être confondu avec une canalopathie (ECG Brugada) ou une préexcitation. Il s’accompagne d’une morbi-mortalité accrue (infarctus, mort subite, pose de pacemaker, insuffisance cardiaque, fibrillation atriale…) [2][3].

Un doute diagnostic avec un ECG Brugada ou une préexcitation ou l’existence d’une atypie (hypertrophie ou déviation axiale gauche ou droite, QRS ≥ 150 ms, QRS (tri)fragmentés ou ondes Q, repolarisation inappropriée ou ondes T inversées après V3…) justifie l’avis d’un cardiologue [4].

 

Pathologies associées au BBD

  • Bloc fasciculaire antérieur gauche : en cas de déviation axiale gauche ≤ -45°, il convient de rechercher un HBAG (cf. Bloc bifasciculaire)
  • Hypertrophie ventriculaire : en cas de QRS très larges (ex ≥ 150 ms), axe gauche, QRS amples avec indice d’HVG présent, il convient de rechercher une HVG ou une cardiomyopathie (cf. Hypertrophie ventriculaire et bloc de branche). Une HVD se signale aussi par de très grandes ondes R’ > 15-20 mm en V1 et/ou un aspect qRR’ ou QRR’ en V1-V2 (cf. Hypertrophie VD sévère).
  • Insuffisance coronaire : un BBD ne gêne pas ou prou la lecture des signes d’insuffisance coronaire, ni en phase aiguë, ni au stade de séquelle (cf. Infarctus avec bloc de branche droit).
  • Extrasystole ventriculaire : des ESV avec retard droit peuvent mimer un BBD. Néanmoins, de nombreux critères peuvent les distinguer (cf. Complexes QRS aberrants versus complexes QRS ectopiques). Précisions déjà que l’onde R initiale (activation septale) du BBD en V1 est moins haute que R’, à la différence d’une ESV avec retard droit (cf. Signe de l’oreille de lapin, Tachycardie ventriculaire : retard droit).

Diagnostics différentiels

Videos YouTube (P. Taboulet)

 

Références (abonnés)


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion | Devenir membre | Devenir stagiaire