Bloc AV 1er degré

Retard de conduction entre l’oreillette droite et les ventricules sans qu’aucune impulsion atriale ne soit empêchée d’atteindre les ventricules [1]. Il est en rapport avec une prolongation de la conduction au niveau du nœud AV (Cf. Bloc intranodal).

Rappel. L’intervalle P-R est constitué de l’onde P et du segment PR. L’usage a transformé le P-R en PR.

 

Définition

Allongement fixe de l’intervalle PR en rythme sinusal au-delà de 200 ms (0,20 sec) en une dérivation quelconque de l’ECG [1].

L’accélération de la cadence sinusale peut transformer un bloc AV I en bloc AV II (type Wenckebach ou Mobitz 1) en raison des propriétés décrémentielles du nœud atrioventriculaire.

L’intervalle PR est parfois si long (jusqu’à 700 ms !) que l’onde P est masquée dans l’onde T précédente. Dans ce cas, elle peut être démasquée à l’occasion d’un bloc AV provoqué par un massage sino-carotidien (ou d’une extrasystole).

 

Si un BAV I est synonyme d’allongement du P-R, le siège du bloc n’est pas toujours intranodal. En effet, l’intervalle P-R sur un ECG de surface est la somme de trois temps de conduction : interatrial, intranodal et à l’intérieur du système de His-Purkinje. Ainsi, un allongement de P-R peut témoigner d’un retard de conduction dans chacune, au moins, de ces trois zones (Cf. Bloc intranodal et Bloc infranodal).

 

Pronostic

Ce bloc isolé est le plus souvent bénin (Cf. Bloc intranodal) même si une association avec un risque augmenté de fibrillation atriale ou pose de stimulateur cardiaque semble exister dans une méta-analyse [2]. Il ne contrindique pas la pratique du sport (Cf. ECG du sportif).

Une prolongation même minime de l’intervalle P-R long associée à un bloc de branche (surtout le BBG) ou un bloc bifasciculaire peut traduire une lésion sévère du réseau de His-Purkinje lorsque la prolongation du PR est la conséquence du ralentissement de conduction dans la branche de conduction controlatérale (cf. Bloc infranodal).

  • Si le patient est symptomatique (malaise, syncope) ou qu’apparaissent parfois des ondes P bloquées (Bloc AV II) au cours d’ECG répétés ou télémétrie, il faut redouter la survenue d’un bloc AV paroxystique et adresser le malade sans attendre au cardiologue pour une évaluation et discussion autour de la pose d’un pacemaker.
  • Si le patient est asymptomatique, une surveillance simple et régulière suffit. Ces patients ont plus souvent besoin à long terme d’un stimulateur cardiaque (Cf. Maladie de Lenègre).
  • En cas de doute, une évaluation plus précise du risque de bloc AV paroxystique peut être nécessaire en ambulatoire (Cf. ECG Holter). Le massage sino-carotidien peut parfois être utile : le déclenchement d’un allongement de l’intervalle P-R est en faveur d’un bloc AV intranodal

Vidéos YouTube (P. Taboulet)

 

Références (abonnés)


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion

| Devenir membre | Devenir stagiaire