Massage sino-carotidien

Massage d’une carotide sous-mandibulaire (au niveau du bulbe carotidien) à l’origine d’une stimulation vagale nodo-frénatrice (cf. Manoeuvre vagale).

Indications

1 – Le MSC peut, soit ralentir une tachycardie paroxystique, soit l’arrêter, soit n’avoir aucun effet (selon le mécanisme en cause). Son efficacité est limitée aux tachycardies en rapport avec une réentrée (cf. Tachycardie réciproque, tachycardie atriale par réentrée…). L’efficacité des manœuvres vagales pour réduire une tachycardie supraventiculaire est voisine de 15% (MSC ou Valsalva). L’efficacité augmente si on utilise successivement plusieurs manœuvres (1).

2 – Le MSC est recommandé en premier intention, chez les sujets âgés (> 45 ans) « en présence de syncopes récidivantes ou de situations à risque, sans suspicion de cardiopathie ou de maladie neurologique » (2). « Le diagnostic de syncope vagale réfléxe est certain si une syncope ou une lipothymie est reproduite pendant ou immédiatement après le massage en présence d’une asystolie dépassant 3 secondes et/ou une chute de la pression systolique de 50 mm Hg ou plus (2).

  • Cette recommandation française est formulée avec plus de précision par la société européenne de cardiologie (ESC) en 2018.
  • Celle-ci recommande un MSC à tous les patients > 40 ans après une syncope dont l’étiologie reste inconnue après une première évaluation (Classe I B). Le MSC est diagnostic si la syncope est reproduite en présence d’une asystole > 3 secondes et/ou une chute de tension artérielle > 50 mm Hg (Classe I B) (4).

3 – Le MSC est parfois utilisé pour aggraver temporairement un bloc AV du 1er degré et démasquer une onde P cachée dans une onde T.

 

Technique (P. Taboulet®)


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre