Bloc intranodal

Interruption de la conduction atrioventriculaire au niveau du nœud AV. Ce bloc est le plus souvent incomplet (bloc AV du 1er degré ou bloc AV du 2e degré Wenckebach), mais il peut être complet (bloc AV du 3e degré) ou presque complet (bloc AV de haut degré).

Ce bloc a un meilleur pronostic que le bloc infranodal, d’évolution toujours défavorable

Bloc incomplet

  • Si les QRS conduits sont fins, le siège du bloc est intranodal (rarement intrahissien)
  • Si les QRS conduits sont larges, il peut s’agir : d’un bloc nodal ou intrahissien associé à un bloc(s) de branche ou d’un bloc infrahissien (cf. Bloc infranodal)

Bloc complet

  • Si les QRS d’échappement sont fins, le siège du bloc est intranodal (rarement intrahissien) avec un rythme d’échappement jonctionnel.
  • Si les QRS d’échappement sont larges, il peut s’agir : d’un bloc nodal ou intrahissien (rare) avec rythme d’échappement jonctionnel et bloc(s) de branche associé(s) ou d’un rythme d’échappement ventriculaire

NB : Le bloc intranodal est sensible à l’atropine et à l’isoprénaline car les cellules du nœud AV sont des fibres à réponse lente donc activées par un canal calcicosodique sensible à ces agents. En revanche, le bloc infranodal y est insensible car les cellules du réseau de His-Purkinje sont des fibres à réponse rapide donc activées par un canal sodique insensible à ces agents.

 

Réf. Silverman ME, Upshaw CB Jr, Lange HW. Woldemar Mobitz and His 1924 classification of second-degree atrioventricular block. Circulation 2004; 110;1162-1167 (téléchargeable)