Bloc bifasciculaire

Interruption de la conduction dans 2 des 3 divisions du faisceau de His [1] .[1] Il s’agit donc :

1- L’association « bloc de branche droit et bloc fasciculaire antérieur gauche » est fréquente dans l’évolution d’une cardiopathie mais n’évolue que rarement vers un bloc AV de haut degré (incidence annuelle de pose de stimulateur externe environ 1%).

  • Ce bloc bifasciculaire ne doit pas conduire à la réalisation d’une exploration électrophysiologique endocavitaire et ne constitue pas une indication à la pose d’un stimulateur en l’absence de malaise ou syncope (classe III).
  • Néanmoins, s’il est associé à un intervalle P-R allongé (≥ 210 ms), ce bloc bifasciculaire doit faire évoquer la possibilité d’un bloc trifasciculaire, de pronostic plus sévère. Des explorations complémentaires peuvent alors utiles pour en préciser le pronostic (cf. ECG endocavitaire)[2].

2 – L’association « bloc de branche droit et bloc fasciculaire postérieur gauche » est exceptionnelle mais évolue constamment vers un bloc AV du 3ème degré. Des explorations complémentaires sont nécessaires pour en préciser le pronostic

 

L’alternance bloc de branche droit et bloc de branche gauche et celle d’un bloc fasciculaire gauche (antérieur et postérieur) avec un bloc de branche droit s’appellent un bloc de branche bilatéral. Ces associations constituent également des exemples de bloc trifasciculaire.

[1] Epstein AE, DiMarco JP, Ellenbogen KA, et al. 2012 ACCF/AHA/HRS focused update incorporated into the ACCF/AHA/HRS 2008 guidelines for device-based therapy of cardiac rhythm abnormalities: a report of the American College of Cardiology Foundation/American Heart Association Task Force on Practice Guidelines and the Heart Rhythm Society. Circulation. 2013;127(3):e283–e352. (téléchargeable)

[2] Dhingra RC, Palileo E, Strasberg B et al. Significance of the HV interval in 517 patients with chronic bifascicular block. Circulation. 1981;64(6):1265-71. (téléchargeable)