Bloc AV 2e degré. Mobitz 1

Interruption complète de la conduction AV après certaines impulsions atriales : l’intervalle P-R s’allonge progressivement jusqu’à une seule onde P bloquée (phénomène de Wenckebach) [1].

Synonyme : bloc AV de Wenckebach ou Mobitz I

Aspects ECG

La période de conduction (période de Luciani-Wenckebach) la plus fréquente est 3:2 (trois ondes P pour deux QRS). Les périodes changent selon les cycles et la fréquence sinusale. Des périodes très longues (ex 10:9 ou davantage) sont rares et peuvent passer inaperçues. L’intervalle P-R qui succède à l’onde P bloquée est le plus souvent allongé, contrairement au Mobitz 2. La durée de la pause incluant l’onde P bloquée est inférieure à deux fois la longueur du cycle P-P.*

  • Dans sa forme typique qui représente moins de 50 % des blocs de type 1, l’incrément du PR (augmentation de durée de PR après chaque onde P) est maximal entre le premier et le second complexes conduits puis décroît régulièrement ce qui entraîne un raccourcissement progressif des intervalles R-R. En effet, l’incrément du PR dépend de la distance à l’onde R précédente (« réciprocité R-P/P-R »).
  • Dans les formes atypiques, l’intervalle P-R peut rester constant ou croitre juste avant le dernier complexe conduit. L’incrément du P-R peut être faible et difficile à mesurer à la vitesse de 25 mm/s, ce qui entraîne parfois le diagnostic erroné de BAV II Mobitz 2. A l’inverse, l’incrément peut être si important qu’on observe une conduction 2:1 ce qui rend difficile la différence avec un Mobitz 2. Dans le doute, on parle de « BAV 2 sur 1 » (cf. Bloc AV du 2ème degré : bloc 2/1).
  • Quand l’incrément du PR est decrescendo, avec un intervalle R-R qui diminue de façon paradoxale, on parle du paradoxe de Wenckebach [2].

* La période s’achève parfois sur un écho atrial, due à une conduction rétrograde atriale anticipée à partir d’une réentrée intranodale.

 

Pronostic

  • Le Mobitz 1 est bénin mais peut être mal toléré en cas de période de Luciani-Wenckebach courte (3/2 voir 2/1) en raison de la bradycardie qu’elle entraine.
  • Le Mobitz 1 associé à un bloc de branche gauche ou un bloc bifasciculaire peut correspondre à un bloc infranodal de mauvais pronostic (risque de bloc AV paroxystique, voir syncope rythmique)… Le massage sino-carotidien peut alors être très utile : s’il prolonge l’intervalle P-R c’est en faveur d’un bloc AV intranodal

Étiologies

Le Mobitz I est majoritairement secondaire à une atteinte de bon pronostic du nœud AV (cf. Bloc intranodal). Le mécanisme peut être fonctionnel (hypertonie vagale, cœur de sportif), médicamenteuse (digitalique, bétabloquant, amiodarone, inhibiteur calcique), ischémique (infarctus inférieur), dégénératif (maladie de Lenègre), métabolique (hyperkaliémie) congénital ou inflammatoire (myocardite).

YouTube (P. Taboulet) : Classification des blocs de conduction supraventriculaire.

 

Compléments d’informations et références (abonnés)


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre