Complexes QRS aberrants

Complexe QRS élargis d’origine supraventriculaire, en rapport avec le blocage partiel et transitoire des voies de conduction intraventriculaire (cf. Aberration).

Un QRS aberrant peut emprunter l’aspect de toute forme de bloc de branche (incomplet, fasciculaire, complet, mixte ou non spécifique, soutenu, intermittent ou alternant) et cela de façon variable selon le couplage aux QRS précédents.

Les complexes QRS aberrants ont le plus souvent l’aspect morphologique d’un bloc de branche, parfois d’un bloc fasciculaire voire d’un bloc bifasciculaire. Ils présentent une déflexion initiale dans le plan frontal fine et similaire aux QRS fins du patient. Cette règle s’applique en cas de retard droit type BBD (car la branche droite ne participe pas à la dépolarisation initiale du cœur) [2]. Elle ne s’applique pas parfaitement en cas de retard gauche type BBG qui modifie l’axe frontal du cœur et fait disparaitre l’onde q septale.

A l’inverse, les complexes QRS ectopiques ventriculaires présentent le plus souvent une déflexion initiale élargie (lente) et déformée en rapport avec une dépolarisation initiée au sein d’un ventricule, plus ou moins loin des voies rapides de conduction du faisceau de His (cf. complexes QRS ectopiques). De nombreux indices morphologiques  permettent de les distinguer (cf. Indices de TV).

Les critères morphologiques ne suffisent pas toujours pour distinguer un complexe QRS aberrant d’un complexe QRS ectopique, surtout en cas de tachycardie à QRS larges ou de fibrillation atriale à réponse ventriculaire rapide (qui s’accompagne beaucoup plus d’aberration que d’ectopie). Il faut alors s’aider des règles de l’aberration et de celles de l’ectopie.

Règles en faveur d’un mécanisme d’aberration [1][2][3]

  1. une onde P précède chaque QRS large,
  2. un couplage cycle long-cycle court précède le QRS large cf. Phénomène d’Ashman),
  3. en cas de tachycardie irrégulière, les QRS larges varient beaucoup en forme et en durée,
  4. absence de pause ventriculaire après le(s) QRS large(s),
  5. la morphologie des QRS larges est compatible avec un bloc de branche
  6. les QRS larges sont similaires à une aberration connue.

Certains critères peuvent manquer : l’activité atriale ectopique précédant un QRS aberrant peut être masquée dans l’onde T ou manquer en cas d’ESJ conduite avec aberration ; en cas de FA, le phénomène d’Ashman peut manquer ; une aberration bigéminée de la branche gauche est possible à fréquence sinusale stable (claudication) ; un QRS aberrant peut perdre l’aspect d’un bloc de branche quand la cadence ventriculaire est “extrême”, en cas d’effet stabilisant de membrane, flutter flécaïnide ou hyperkaliémie.

Lire : Complexes QRS aberrants/ectopiques

 

Pour compléter ses connaissances

20 Quiz (niveau 1-2) : aberration ou ectopie ?


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion

| Devenir membre | Devenir stagiaire