Bloc intraventriculaire (QRS ≥ 110 ms)

Allongement du temps de conduction au sein du système de conduction ventriculaire et/ou au sein du myocarde ventriculaire (cf. Réseau de His-Purkinje), non expliqué par un bloc de branche ou un bloc fasciculaire. Il s’agit de blocs focaux ou de blocs distaux.

  • Les blocs focaux sont en rapport avec une zone de nécrose, une calcification ou une zone de fibrose telle qu’on les observe au cours de maladie du muscle (hypertrophie, dysplasie…) ou de maladie infiltrative ou inflammatoire (myocardite, amylose…). On y associe également les ECG Brugada.
  • Les blocs distaux appelés « blocs intraventriculaires non spécifiques » s’observent au cours du traitement par certains anti-arythmiques de classe I, en cas d’hyperkaliémie sévère ou intoxication par substances à effet stabilisant de membrane et parfois aussi au cours d’une myocarditehypothermie sévère ou une défaillance cardiaque terminale (cf. Resynchronisation biventriculaire).

Les complexes QRS sont ≥ 110 ms mais :

  • ils n’ont pas les critères d’un bloc de branche droit ou bloc de branche gauche
  • ou l’aspect est celui d’un BBD en précordiales et d’un BBG en frontales et vice versa [1]
  • on peut inclure les blocs de branche beaucoup plus larges que d’ordinaire (ex. ≥ 155 ms) ?

La durée des complexes QRS doit être mesurée dans la dérivation où elle est la plus longue, en s’aidant au mieux du début et de la fin d’un même QRS observé par alignement de plusieurs dérivations. Les valeurs données par l’ordinateur sont généralement fiables, mais doivent être validées par le clinicien).

La durée des complexes QRS est inversement proportionnelle à la fraction d’éjection et au pronostic (cf. Complexe QRS large). Le pronostic des QRS > 110 ms dans la population général est moins bon, en particulier en raisons d’un risque plus élevé de mort « arythmique » [2]

 

Signes associés fréquents :

  • Aspects de retard droit et gauche, onde R en VR > 3 mm (cf. ECG toxique), intervalle QT long.
  • Des QRS très larges avec distorsion de la partie finale du QRS et souvent des troubles de repolarisation doit faire évoquer une pathologie métabolique (hyperkaliémie), ischémique (infarctus aigu) ou toxique (bloqueur du canal sodique).

Vidéo YouTube (P. Taboulet) : les Blocs Intraventriculaires, ECG toxique

 

[1] Surawicz B, Childers R, Deal BJ,  et al. AHA/ACCF/HRS recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: part III: intraventricular conduction disturbances. Recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: part III: intraventricular conduction disturbances: a scientific statement from the American Heart Association Electrocardiography and Arrhythmias Committee, Council on Clinical Cardiology; the American College of Cardiology Foundation; and the Heart Rhythm Society: endorsed by the International Society for Computerized Electrocardiology. Circulation 2009 ; 119(10):e235-400 (téléchargeable)

[2] Aro AL, Anttonen O, Tikkanen JT, et al. Intraventricular conduction delay in a standard 12-lead electrocardiogram as a predictor of mortality in the general population. Circ Arrhythm Electrophysiol. 2011;4(5):704–710. (téléchargeable) We evaluated the 12-lead ECGs of 10 899 Finnish middle-aged subjects from the general population (52% of whom were men; mean age 44±8.5 years) between 1966 and 1972 and followed them for 30±11 years. Prolonged QRS duration was defined as QRS ≥110 ms and intraventricular conduction delay as QRS ≥110 ms, without the criteria of complete or incomplete bundle-branch block. QRS duration ≥110 ms was present in 1.3% (n=147) and intraventricular conduction delay in 0.6% (n=67) of the subjects. Prolonged QRS duration predicted all-cause mortality (multivariate-adjusted relative risk [RR] 1.48; 95% confidence interval [CI] 1.22-1.81; P<0.001), cardiac mortality (RR 1.94; CI 1.44-2.63; P<0.001), and sudden arrhythmic death (RR 2.14; CI 1.38-3.33; P=0.002). Subjects with intraventricular conduction delay had increased all-cause mortality (RR 2.01; CI 1.52-2.66; P<0.001), increased cardiac mortality (RR 2.53; CI 1.64-3.90; P<0.001), and an elevated risk of arrhythmic death (RR 3.11; CI 1.74-5.54; P=0.001). Left bundle-branch block also weakly predicted arrhythmic death (P=0.04), but right bundle-branch block was not associated with increased mortality.