Complexes QRS fragmentés 1. fins

Complexes QRS de durée < 120 ms qui présentent au moins un dédoublement/crochetage de l’onde R ou de l’onde S dans au moins deux dérivations concordantes (ex. RR’, RsR’, qrS…) [1].

La fragmentation des QRS témoigne d’une altération segmentaire dans l’activation électrique des ventricules (cf. Bloc focal). Les causes et donc les étiologies sont extrêmement variées et incluent l’ischémie coronaire (SCA, infarctus, séquelle de nécrose, takotsubo), l’inflammation (Ex. Myocardite), la fibrose (cf. Hypertrophie ventriculaire, Cardiomyopathie, cardiopathie congénitale) et la surcharge myocardique (ex. Amylose).

Intérêt pratique (en particulier)

1- Ischémie coronaire

Les complexes QRS modifiés par l’ischémie se traduisent par un ensemble de signes : anomalie de l’onde R ou microvoltage des QRS, apparition d’une onde Q, fragmentation ou élargissement des QRS et distortion terminale de l’onde R (cf. complexes QRS modifiés par l’ischémie). Les ondes Q peuvent manquer. Les QRS fragmentés participent donc à l’identification d’un trouble ischémique de la repolarisation (sus- ou sous-décalage de ST). Il est rare qu’un infarctus à son début ne s’accompagne pas d’anomalie des QRS, pour qui sait les chercher.

  • Les QRS fragmentés fins (fQRS < 120 ms) auraient une sensibilité pour le diagnostic d’infarctus avec ou sans élévation de ST voisine de 50%, pour une spécificité de 96% [5].
  • Dans une population de coronariens évalués par scintigraphie d’effort, leur sensibilité pour le diagnostic de séquelle de nécrose est supérieure à celles des ondes Q, pour une spécificité légèrement inférieure [1].
  • Dans une population plus variée avec des fQRS mais pas d’onde Q, environ la moitié des patients explorés par imagerie non invasive avaient des anomalies ventriculaires en imagerie et un quart une maladie coronaire [14].
  • La présence de fQRS avec ou sans onde Q renforce le diagnostic et aggrave le pronostic des maladies du muscle ventriculaire, en particulier en cas de maladie coronaire quand sa prévalence dans la population étudiée est haute [11][12].
  • Elle aggrave le pronostic à l’admission des malades au cours d’un syndrome coronaire aigu [15][16][17][20]
  • Elle aggrave le pronostic des malades au cours du syndrome de repolarisation précoce [21]

2- Rythmologie

Les QRS fragmentés témoignent d’un bloc focal qui constitue un substrat pour une arythmie ventriculaire par réentrée, ce qui explique le mauvais pronostic habituel des QRS fragmentés (fQRS), que ce soit au cours d’une insuffisance coronaire [2][3][4][5][6][7], une cardiomyopathie ou un syndrome de Brugada [9] ou une altération de la FEVG [10][22] ou une HTA [13].

Par ailleurs, les fQRS sont

  • des marqueurs indépendants d’un risque accru de mortalité chez les patients insuffisants cardiaques [19]
  • des facteurs indépendamment associés à un risque fort d’échec de la resynchronisation biventriculaire [18]

 

Cas clinique et vidéo formation

 

Les QRS fragmentés larges (flQRS ≥ 120 ms) : voir QRS fragmentés larges

Références réservées aux abonnés
La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion | Devenir membre | Devenir stagiaire