Infarctus 6a. Atrial

L’ischémie aiguë de(s) oreillettes ou  » infarctus atrial  » peut s’observer au cours d’une occlusion coronaire droite (Cf. Infarctus inférieur).

Le diagnostic de cette ischémie peut être visible sur l’ECG par l’analyse de l’onde P et du segment PR. Des critères diagnostiques ont été proposés (cf. Tableau JE 2019 [1]) mais leur performance et leur intérêt ont été mal étudiés.

L’ischémie atriale peut se compliquer par une fibrillation atriale, un bloc AV, un AVC…

Voir ce cas clinique en vidéo YouTube (20 min): Infarctus en territoire inférieur et troubles du rythme

NB. On ne sait pas encore si la morphologie de l’onde P/segment PR prédit vraiment des complications ou annonce un mauvais pronostic, indépendamment des autres changements ECG concomitants et/ou de l’étendue de l’ischémie ventriculaire [1].

 

[1] Gragnano F, Spedicato V, Frigoli E, et al. ECG analysis in patients with acute coronary syndrome undergoing invasive management: rationale and design of the electrocardiography sub-study of the MATRIX trial. J Electrocardiol. 2019 Nov- Dec;57:44-54.

Álvarez-García J, Vives-Borrás M, Gomis P, et al. Electrophysiological Effects of Selective Atrial Coronary Artery Occlusion in Humans. Circulation. 2016;133(23):2235-2242.

Nielsen FE, Andersen HH, Gram-Hansen P, Sørensen HT, Klausen IC. The relationship between ECG signs of atrial infarction and the development of supraventricular arrhythmias in patients with acute myocardial infarction. Am Heart J. 1992;123: 69–72.

Clerc A. RL. Infarctus auriculaire: tachyarrhythmia terminale. Bull Mem Soc Med Hop Paris. 1925;41:1603–7.