Infarctus 6b. Bloc atrioventriculaire

Un bloc atrioventriculaire (BAV) peut compliquer l’évolution d’un infarctus à la phase aiguë. Un bloc AV de haut degré survient dans environ 2-3% des cas [1], plus souvent en cas d’infarctus (ST+ ou non ST+) dans le territoire inférieur.

  • Il peut s’agir d’un bloc intranodal par hypertonie vagale ou ischémie directe du nœud AV, en cas d’occlusion de l’artère coronaire droite, notamment au cours d’un infarctus inférieur. On observe alors un bloc incomplet (1er ou 2e degré type Mobitz 1), bloc 2/1 ou bloc AV complet (3e degré) en général avec dissociation AV et QRS fins (ce bloc peut être sensible à l’atropine et souvent transitoire).
  • Il peut – plus rarement – s’agir d’un bloc infranodal par ischémie directe du tronc ou du faisceau de His, en cas d’occlusion de l’interventriculaire antérieure, notamment au cours d’un infarctus antérieur. On observe alors un bloc incomplet sous la forme d’un HBAG > BBD > BBG > HBPG pur ou associé à un bloc AV du 1er ou 2e degré ou bien un bloc AV complet avec des complexes QRS larges en rapport avec un rythme d’échappement ventriculaire. Le degré d’un bloc AV n’est réduit ni par l’atropine ni par l’isoprénaline, mais la cadence du rythme d’échappement ventriculaire et l’hémodynamique (souvent défaillante) peuvent être améliorées par les catécholamines qui possèdent à la fois une action bathmotrope positive (attention aux ESV et TV dans le contexte d’un infarctus) et une action alphamimétique capable de restaurer une tension artérielle. Malgré cela, la survenue d’un bloc infranodal est de mauvais pronostic à court terme et il faut mettre en place un entraînement électrosystolique externe si une désobstruction coronaire n’est pas envisagée ou inefficace [2][8].

La prise en charge d’un bloc intranodal et/ou bloc infranodal a fait l’objet de recommandations thérapeutiques précises dans la conférence nord américaine 2004 de prise en charge de l’infarctus à la phase aiguë. Ces recommandations précisent la place de l’atropine (A), de l’entraînement électrosystolique externe et de la sonde de stimulation endocavitaire [2]. D’autres recommandations internationales existent dans guidelines moins spécifiques (2018 ACC/AHA/HRS [6] ou ESC 2021 [7].

 

  • S’il existe un risque de survenue d’une asystolie ou si le traitement par atropine est inefficace un entraînement électrosystolique transcutané est indiqué (pose des électrodes ± stimulation effective) de façon formelle en attendant la pose éventuelle d’un entraînement électrosystolique transveineux et/ou stimulateur cardiaque définitif.
  • Un entraînement électrosystolique transveineux est indiqué devant toute bradycardie symptomatique avec intolérance hémodynamique, habituellement liée à un bloc AV de haut degré.
  • La pose d’un entraînement électrosystolique transveineux est recommandée en priorité en cas d’apparition concomitante d’un bloc de branche.

 

Cas cliniques

  • challenge ECG (Circulation) [5]
  • A man in his 40s who really needs you to understand his ECG [8]

Compléments d’informations (100 ECG autour de l’infarctus) et référencés réservés aux abonnés


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre