Bloc auriculo-ventriculaire

Trouble de conduction entre les oreillettes et les ventricules. Ce bloc siège dans le nœud AV (bloc intranodal), le tronc commun du faisceau de His (bloc intrahisien) et/ou simultanément dans les deux branches de ce faisceau (bloc infra-hisien).

En rythme sinusal, le blocage de conduction AV est variable, d’un simple allongement de l’intervalle P-R à une, plusieurs ou toutes les ondes P bloquées. Le degré du bloc est proportionnel à la fréquence des oreillettes. On parle de bloc x:y (ou x/y) selon le ratio du nombre x d’auriculogrammes sur le nombre y de ventriculogrammes. Chez un même malade, on peut observer un bloc 4:1 pour une fréquence auriculaire de 70/min et un bloc 2:1 pour une fréquence auriculaire plus élevée.

La tolérance et le pronostic sont liés :

– si le bloc AV est incomplet, à son degré 

– s’il est complet, à la fréquence du rythme d’échappement 

– dans tous les cas, à la fonction myocardique sous-jacente, au siège du bloc et à l’étiologie.

NB. Un bloc AV peut être fonctionnel (temporaire, lié à la fréquence) ou lésionnel (définitif, indépendant de la fréquence). Le type même de bloc AV fonctionnel est celui que l’on observe au cours des tachyarythmies, au cours desquelles le nœud AV est bombardé par des influx et exerce un rôle frénateur lié à sa conduction décrémentielle.

Taboulet P. La conduction intracardiaque.  Partie I. Physiopathologie et blocs de conduction supranodaux. Ann. Fr. Med. Urgence 2014 

Vidéo YouTube (13 min) : 

Infarctus inférieur et complications rythmiques

Vidéo YouTube (16 min) : Perfectionnement sur les BAV

Apprentissage audio de l’électrocardiogramme : comment reconnaître le mécanisme d’un bloc de conduction supraventriculaire ? Accès via YouTube : cliquer  ici