Onde P

Signal électrique qui traduit la dépolarisation des oreillettes.

Synonymes : auriculogramme, atriogramme

 

La dépolarisation des oreillettes est généralement initiée par celle du nœud sinusal (cf. Onde P sinusale, rythme sinusal), mais parfois celle du nœud du sinus coronaire (rythme du sinus coronaire), d’une autre partie de l’oreillette droite ou gauche (ex. Extrasystole atriale, tachycardie atriale) ou de façon rétrograde à partir du nœud AV, du faisceau de His ou d’un ventricule (cf. Onde P rétrograde).

L’onde P est prolongée par un signal électrique de basse fréquence, presque invisible (onde T atriale ou onde Ta), de polarité inverse à l’onde P et qui traduit la repolarisation des oreillettes (cf. Repolarisation atriale).

L’onde P est généralement “conduite” aux ventricules dont la dépolarisation se traduit par un complexe QRS (cf. Activation électrique du cœur).

 

Analyse

Les ondes P sont mieux visibles dans les dérivations DII et V1. L’analyse des paramètres de l’onde P incluent la morphologie, le voltage, la durée, la force terminale en V1, l’axe dans le plan frontal, la surface, la dispersion… [6].

Les ondes P sont parfois mieux visibles grâce aux dérivations de Lian/Levis ou une dérivation œsophagienne.


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion

| Devenir membre | Devenir stagiaire