Onde P

Synonyme : atriogramme

Signal électrique qui traduit la dépolarisation des oreillettes à l’origine de leur contraction.

Cette activation est généralement initiée par la dépolarisation préalable du nœud sinusal (onde P sinusale), mais parfois celle du nœud du sinus coronaire (rythme du sinus coronaire), d’une autre partie de l’oreillette droite ou gauche (rythme para-atrial ou extrasystole atriale) ou par voie rétrograde à partir d’un/des ventricule(s) (onde P rétrograde).

Les ondes P sont mieux visibles dans les dérivations DII et V1, les dérivations de Lian/Levis et une dérivation œsophagienne.

L’onde P est suivie par un signal électrique de basse fréquence, presque invisible (onde T atriale ou onde Ta) qui traduit la repolarisation des oreillettes (cf. Repolarisation atriale).

L’amplitude et la durée de l’onde P sinusale renseignent sur l’existence éventuelle d’une hypertrophie/dilatation de l’oreillette ou d’un bloc interatrial.

  • Une onde P aplatie en DII prédit l’occurrence d’une fibrillation atriale [1][4].
  • Une onde P négative qui précède un complexe QRS conduit en DI ou DII évoque une inversion d’électrodes, un rythme du sinus coronaire, une onde P rétrograde, une activité atriale ectopique (extrasystole atriale, tachycardie atriale ectopique) ou un situs inversus.
  • Une onde P négative derrière un complexe QRS en DI ou DII évoque une onde P rétrograde, une extrasystole atriale très précoce ou un écho atrial.
  • Une onde P négative en V1 ou V2 < -100 µV ou une onde P avec une durée > 140 ms, s’accompagne d’un risque accru de maladie cardiovasculaire [2][4].
  • L’exagération de la repolarisation atriale peut témoigner d’une ischémie (Cf. Infarctus inférieur) ou d’une maladie pulmonaire (ex. Emphysème) [3]

La morphologie de l’onde P en DII et V1 permet de prédire le risque d’apparition d’une fibrillation atriale [4]

[1] Rasmussen MU, Kumarathurai P, Fabricius-Bjerre A, et al. P-wave indices as predictors of atrial fibrillation [published online ahead of print, 2020 Apr 10]. Ann Noninvasive Electrocardiol. 2020;e12751.  A flat P wave as expressed by a small PAREA/DURATION index in lead II is associated with increased rate of incident AF beyond known AF risk factors.

[2] Ha LD, Grober AF, Hock J, et al. Electrocardiographic left atrial abnormalities predict cardiovascular mortality. J Electrocardiol. 2018;51(4):652–657.

[3] WASSERBURGER RH, WARD VG, CULLEN RE, RASMUSSEN HK, JUHL JH. The T-a wave of the adult electrocardiogram: an expression of pulmonary emphysema. Am Heart J. 1957 Dec;54(6):875-86. doi: 10.1016/0002-8703(57)90192-8. PMID: 13478524.

[4] Kreimer F, Aweimer A, Pflaumbaum A, Mügge A, Gotzmann M. Impact of P-wave indices in prediction of atrial fibrillation-Insight from loop recorder analysis. Ann Noninvasive Electrocardiol. 2021 Sep;26(5):e12854. (téléchargeable) –> P-wave amplitude in II <0.1 mV (HR, 2.11; 95% CI, 1.298–3.441; p = .003), P-wave terminal force in V1 ≤ −4000 µV × ms (HR, 5.3; 95% CI, 3.249–8.636; p < .001, and advanced interatrial block (HR, 5.01; 95% CI, 2.638–9.528; p < .001)