Tachycardie atriale

Ensemble des tachycardies non sinusales à point de départ atrial droit ou gauche. On les distingue en fonction de l’activité atriale et du mécanisme électrophysiologique [1][2] :

Tachycardies atriales irrégulières

Tachycardies atriales régulières

Le type de tachycardie atriale repose davantage sur l’analyse méticuleuse de l’activité atriale (ondes P sinusales ou non, fibrillation atriale, ondes F de flutter) que sur l’activité ventriculaire, parfois trompeuse en cas de conduction AV variable (la réponse ventriculaire d’un flutter ou d’une TAF peut être irrégulière, en fonction du degré de perméabilité du noeud AV) ou de QRS larges (qui masquent l’activité atriale).

NB. il existe un certain chevauchement entre ces entités et une conversion entre l’une et l’autre – spontanée ou sous l’action du traitement – n’est pas rare [3] : passage d’une FA vers un flutter ou une TAF et réciproquement.

 

Etiologies [2][4]


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre