Tachy. atrioventriculaire 5. permanente (Coumel)

Tachycardie atrioventriculaire par réentrée en rapport avec un faisceau accessoire particulier qui a la double propriété de conduire exclusivement par voie rétrograde et de façon décrémentielle [2][4]. Elles sont l’apanage du nouveau-né, de l’enfant ou de l’adulte jeune.

Synonymes. Tachycardie jonctionnelle incessante ou tachycardie de Coumel [1].

Cette entité appartient au groupe des tachycardies incessantes de l’enfant.

ECG

En rythme sinusal, il n’est pas rare de voir des ondes P rétrogrades à couplage fixe et long (Cf. Echo atrial) et de polarité négative en II-III-VF que l’on peut prendre pour des ESA.

 

La tachycardie est à complexes QRS fins, quasi incessante, avec une fréquence entre 150 à 250/min. ll n’y a pas de préexcitation visible (contrairement au syndrome de Wolff-Parkinson-White typique). Elle survient principalement chez l’enfant et peut conduire à une cardiomyopathie rythmique. Les accès de tachycardie réciproque sont favorisés par l’activité physique du fait de l’accélération sinusale et par l’effet facilitateur des catécholamines.

L’onde P rétrograde est située loin derrière le QRS avec un intervalle RP’ long (voire R-P > P-R) en raison de la conduction décrémentielle rétrograde (ce qui évoque aussi une tachycardie nodale atypique (fast-slow) et certaines formes de tachycardies atriales basses).

 

Ces tachycardies appartiennent au groupe des tachycardies incessantes du nourrisson, le plus souvent rebelles au traitement pharmacologique ou la cardioversion.

Elles sont accessibles à l’ablation par radiofréquence [2][4].

Voir Schema de la réentrée sur Wikipedia et biblio complete sur PubMed ici


La suite est réservée aux membres et stagiaires du site.
Connexion | Devenir membre | Devenir stagiaire