Tachycardie atriale multifocale

Tachycardie atriale avec multiples extrasystoles auriculaires polymorphes (au moins trois ondes P différentes), souvent en salves.

Trois mécanismes associés sont en cause : automatisme anormal, hyperautomatisme et microréentrée. La TAM est souvent annonciatrice de fibrillation auriculaire.

Les TAM sont fréquemment associées aux bronchopathies obstructives ou aux maladies atriales sévères. Elles sont favorisées par un taux élevé de catécholamines dû au stress, une infection, une hypoxie ou encore l’usage d’agents sympathomimétiques (salbutamol, cocaïne, amphétamines et surtout les xanthines dont la théophylline).

Le traitement repose sur la correction des facteurs qui l’ont induite et parfois sur le ralentissement de la fréquence ventriculaire à l’aide des inhibiteurs calciquesnon-dihydropyridines. [1]

[1] Blomström-Lundqvist C (2003)