Capture sinusale

Reprise de la commande du rythme cardiaque par le nœud sinusal. Ce phénomène s’observe en cas de compétition entre une activité sinusale et un ou plusieurs foyers ou circuits d’activation. La capture peut concerner un ou plusieurs battements. On parle alors de « battements de capture ». Au maximum, une capture peut entrainer un changement permanent de rythme.

En cas de compétition entre plusieurs pacemakers physiologiques on parle de wandering pacemaker (pacemaker baladeur).

A l’étage atrial

  • L’exemple typique est celui d’une compétition entre une activité sinusale et un rythme du sinus coronaire.

Entre l’étage atrial et l’étage jonctionnel

  • L’exemple typique est celui d’une compétition entre une activité sinusale et un rythme d’échappement jonctionnel ou une RIJA.
  • Il est possible, mais exceptionnel, d’observer une capture sinusale au cours d’une tachycardie jonctionnelle.

Entre l’étage atrial et l’étage ventriculaire.

  • L’exemple typique est celui d’une compétition entre une activité sinusale et un rythme d’échappement ventriculaire ou un RIVA.
  • Il est aussi possible, et non exceptionnel, d’observer une capture sinusale au cours d’une tachycardie ventriculaire. On observe alors un atriogramme qui capture les ventricules et intercale un complexe QRS fin ou intermédiaire (cf. Fusion) au sein des complexes larges. L’intervalle R-R est alors plus court que celui de la TV.

La capture atriale au cours d’une stimulation atriale (cf. Pacing) est un mode d’interruption de certaines tachycardies (ex. flutter, TJ ou TV). De même, la capture ventriculaire par un test à l’aimant peut ralentir certaines TSV rapides ou interrompre une tachycardie par réentrée électronique.

 

YouTube P. Taboulet 

Quiz –> Tachycardie avec captures sur YouTube

Cours –> Rythme d’échappement, rythme accéléré, captures et fusions. (17 min)