Rythme d échappement jonctionnel

Rythmed’échappement qui naît entre le début du nœud AV et la fin du tronc du faisceau de His.

Sur l’ECG, les QRS sont fins, lents et réguliers (35-50/min), souvent légèrement différents des QRS sinusaux. 

Il peut exister des ondes P antérogrades (positives) de fréquence plus lente que celle des QRS (dans les cas de dsyfonction sinusale ou bradycardie sinusale par hypertonie vagale). Ces ondes P sont alors dissociées des QRS mais peuvent parfois capturer le rythme.

Il peut exister des ondes P rétrogrades (négatives) qui permettent de situer le lieu d’activation:

– jonctionnel haut : P-R très court

– jonctionnel moyen : P superposé au complexe QRS

– jonctionnel bas : P après le complexe QRS

En cas de bloc de branche préexistant, les QRS sont larges.

Il faut distinguer l’échappement jonctionnel (qui survient en dessous de 40 à 55 dépolarisations/mn), d’un rythme idio-jonctionnel accéléré (≥ 60/mn) ou d’une tachycardie jonctionnelle automatique (≥ 100/mn).