Hyperautomatisme

Accélération de la vitesse de dépolarisation diastolique lente (phase 4 du potentiel d’action) des cellules pacemakers physiologiques (atriales, jonctionnelles ou ventriculaires) ou du tissu de conduction.

C’est une cause bénigne d’arythmie qu’il faut distinguer d’un automatisme anormal ou d’une réentrée.

Ce phénomène est sous l’influence du système nerveux végétatif, d’agents pharmacologiques (ex. digitalique) ou de conditions métaboliques particulières (hypokaliémie, ischémie, hypoxie…). Il est transitoire, s’arrête spontanément et n’a pas de conséquence hémodynamique.

Sur l’ECG, un hyperautomatisme se traduit par un rythme accéléré lorsque la fréquence du site de cellules automatiques dépasse celle du pacemaker sus-jacent (cf. Rythme atrial accéléré, rythme jonctionnel accéléré ou RIJA, rythme idioventriculaire accéléré ou RIVA).