Conduction nodale accélérée

Conduction plus rapide et moins « décrémentielle » au sein du nœud AV.

Le diagnostic est suggéré sur l’ECG par l’existence d’un PR court avec ou sans crises de tachycardie paroxystique (cf. Syndrome de Lown-Ganong-Levine).

L’exploration électrophysiologique endocavitaire révèle un intervalle A-H raccourci (≤ 60 msec) avec un incrément limité de l’espace AH et une réponse ventriculaire 1/1 pour une fréquence de stimulation atriale à 200/mn (cf. Pacing) qui témoigne d’un raccourcissement de la période réfractaire du nœud AV.

Il s’agit généralement d’une variante de la conduction intranodale. Néanmoins, une anomalie de réponse au pacing décrémentiel suggère l’existence d’un faisceau accessoire (cf. Fibres de Mahaïm ou les hypothétiques fibres de James).

Les diagnostics différentiels sont : (a) un syndrome du PR court physiologique (cf. Nœud hyperdromique) et (b) une préexcitation par un faisceau de Kent ou des fibres de James.

 

L’intervalle P-R peut être exceptionnellement normal, masqué par un bloc infranodal. Le diagnostic repose alors sur l’exploration électrophysiologique.