Tachycardie sinusale

Tachycardie originaire du nœud sinusal. Ce n’est pas un trouble du rythme, mais une réponse physiologique adaptée à un besoin métabolique accru (fièvre, douleur, effort, anxiété, anémie, hypovolémie, acidose, syndrome inflammatoire ou hypermétabolisme, défaillance cardiaqueou respiratoire, embolie pulmonaire, hyperthyroïdie…) ou une stimulation pharmacologique ou toxicologique (sympathomimétique ou anticholinergique).

Sur l’ECG, les ondes P sinusales précèdent et commandent la majorité des complexes QRS. La fréquence dépasse 100/mn, mais en général reste < 180/mn chez l’adulte. Le mode de début et de fin est progressif. Les manœuvres vagales sont inefficaces.

Les diagnostics différentiels sont une tachycardie atriale ou une tachycardie jonctionnelle.Si la tachycardie sinusale n’est pas en rapport avec une demande métabolique élevée ou une hyperstimulation médicamenteuse ou toxique, il faut évoquer une tachycardie sinusale inappropriée.

Le traitement n’est jamais celui de la tachycardie elle-même, mais celui de la cause.

NB. Chez un nourisson, une tachycardie sinusale peut atteindre 230/mn voir ici