Cardiomyopathie rythmique

Cardiomyopathie avec altération de la fonction ventriculaire gauche secondaire un trouble du rythme (automatisme ou conduction) et réversible après disparition de celui-ci.

Quatre causes

A- Il s’agit en général d’une tachycardie chronique, réversible après normalisation de la fréquence cardiaque (« tachycardiomyopathie ») [1].

  • La fibrillation atriale est la principale l’étiologie, mais toutes les tachycardies supraventriculaires chroniques peuvent être en cause (ou des extrasystoles atriales en grand nombre).
  • L’insuffisance cardiaque est d’autant plus symptomatique qu’il existe une cardiopathie sous-jacente.
  • Les délais séparant le début de la tachycardie, l’installation de l’insuffisance cardiaque et les manifestations cliniques sont variables et peuvent aller de quelques semaines à vingt ans.

B- Des extrasystoles ventriculaires nombreuses en grand nombre peuvent aussi altérer sévèrement la fonction systolique, de façon réversible [1]. Certains facteurs péjoratifs ont été décrits : leur nombre > 10.000/24 h, le caractère asymptomatique des ESV, leur durée (≥ 150 ms), leur caractère épicardique [3][2][4], mais aussi l’âge des patients [5][6].

C- Un dysfonctionnement du pacemaker

D- Un bloc de branche gauche a été rapporté ou de façon exceptionnelle comme cause de dysfonction systolique réversible.

[1] Gallagher JJ. Tachycardia and cardiomyopathy: the chicken – egg dilemma revisited. J Am Coll Cardiol 1985; 6:1172-3. (téléchargeable) voir aussi Walker NL, Cobbe SM, Birnie DH. Tachycardiomyopathy: a diagnosis not to be missed. Heart. 2004;90(2):e7. (téléchargeable avec vidéos) this 18 year old had an incessant right atrial tachycardia with resultant severe tachycardia induced cardiomyopathy. Review of the hospital records from 1994 suggested that his atrial tachycardia was misdiagnosed as sinus tachycardia and was a factor in the decision to perform splenectomy. Ablation was a curative procedure for the atrial tachycardia and resulted in dramatic improvement in his tachycardiomyopathy.

[2] Gopinathannair R, Etheridge SP, Marchlinski FE, et al. Arrhythmia-Induced Cardiomyopathies: Mechanisms, Recognition, and Management. J Am Coll Cardiol. 2015;66(15):1714–1728. (téléchargeable)

[3] Sadron Blaye-Felice M, Hamon D, Sacher F, et al. Premature ventricular contraction-induced cardiomyopathy: Related clinical and electrophysiologic parameters. Heart Rhythm. 2016;13(1):103–110.

[4] Callans DJ. Premature Ventricular Contraction-induced Cardiomyopathy. Arrhythm Electrophysiol Rev. 2017;6(4):153–155. (téléchargeable)

[5] Altıntaş B, Özkalaycı F, Çinier G, et al. The effect of idiopathic premature ventricular complexes on left ventricular ejection fraction. Ann Noninvasive Electrocardiol. 2020;25(2):e12702 (téléchargeable)

[6] Journées de l’Association Franco-Libano-Belge de Cardiologie – Beyrouth 2016 Vidéo. Pr Hassan Mansour. Cardiomyopathies induites par les extrasystoles ventriculaires.

Biblio complete sur Pubmed ici