Indice d’HVG : 2. Sokolow-Lyon

Indice d’hypertrophie ventriculaire proposé par Sokolow et Lyon en 1949 pour le diagnostic d’hypertrophie VG (cf. Indices d’hypertrophie VG). Il explore la masse musculaire du ventricule gauche dans le plan horizontal à l’aide d’une combinaison d’ondes R et S mesurées dans les dérivations précordiales.

 

L’indice de Sokolow VG est positif lorsque SV1 + (RV5 ou RV6) est > 35 mm chez l’adulte après 40 ans [1].

 

Cet indice est peu sensible, mais très spécifique. Néanmoins, sa spécificité baisse chez les sujets jeunes, mâles, sportif, au thorax étroit ou d’origine africaine. Pour cela, il est préférable d’exiger chez l’homme jeune que cet indice soit ≥ 45 mm avant d’évoquer la possibilité d’une HVG (chez les footballeurs professionnels, le Sokolow est > 45 mm dans 37% des cas). De plus, il n’est pas utilisable en cas de bloc de branche gauche (hémibloc, incomplet ou complet) ou de séquelle de nécrose antérieure (cf. HVG et bloc de branche).

Cet indice – le plus utilisé en France – est peu sensible (30-40%) par rapport à l’échocardiographie, en particulier dans les cas d’HVG excentrique (VG dilaté). Il perd également en sensibilité chez la femme âgé ou obèse. On peut augmenter sa sensibilité en utilisant l’ »indice de Sokolow modifié » qui additionne la plus grande onde S avec la + plus grande onde R > 35 mm dans le précordium (au prix d’une réduction de spécificité) [2]. De même, l’indice de Sokolow modifié par Murphy (SV1-V2 + RV5-6 ≥ 35 mm) offre une meilleure performance diagnostique [3][4].

Il est corrélé au risque d’AVC dans la population générale, qu’il y ait HTA ou non. Sa régression s’accompagne d’une réduction du risque de morbi-mortalité lié à l’HTA.  Sa performance est meilleure si on utilise le critère indice de SL x durée du QRS.

Situations particulières

  • Chez les sujets d’origine africaine et en particulier les hommes jeunes, l’utilisation isolée de cet indice pour le dépistage de l’HVG n’est pas appropriée en raison du grand nombre de faux positifs [6].
  • Si l’indice de Sokolow-Lyon est normal, il est nécessaire de calculer d’autres indices électriques pour ne pas méconnaître une HVG (cf. Indices d’hypertrophie VG). L’indice de Cornell et l’indice de Peguero doivent être mesurés en routine.
  • En cas de bloc de branche droit, l’indice de Sokolow est atténué par les vecteurs droits retardés et est donc rarement positif (les meilleurs signes d’HVG sont alors RVL > 11 mm, SV1 > 2 mm, RV6 > 20 mm et RV6 > RV5) (cf. HVG et BBD).
  • En cas de bloc de branche gauche (hémibloc, incomplet ou complet), l’indice de Sokolow doit être utilisé avec d’autres seuils (cf. HVG et BBG).
  • En cas d’hypertrophie VD associée, l’indice de Sokolow est souvent atténué mais reste utilisable (cf. Hypertrophie biventriculaire)
  • En cas de séquelle de nécrose antérieure, il n’est pas utilisable.

Sokolow et Lyon ont proposé un indice (RV1 + SV5-6) pour le diagnostic d’hypertrophie VD.

Il est positif lorsqu’il est > 10,5 mm (en l’absence de troubles conductifs droits ou de séquelle de nécrose basale).

 

Lire l’histoire de Maurice Sokolow et Thomas Lyon, et l’importance de cet indice pendant 5 décades ici [5]

[1] Sokolow M, Lyon TP. The ventricular complex in left ventricular hypertrophy as obtained by unipolar and limb leads. Am Heart J. 1949;37:161-86.

[2] Germano G, Gielen S, Haller H, et al. 2013 ESH/ESC guidelines for the management of arterial hypertension: the Task Force for the Management of Arterial Hypertension of the European Society of Hypertension (ESH) and of the European Society of Cardiology (ESC). Eur Heart J. 2013;34(28):2159-219.

[3] Murphy ML, Thenabadu PN, de Soyza N, et al. Reevaluation of electrocardiographic criteria for left, right and combined cardiac ventricular hypertrophy. Am J Cardiol. 1984;53(8):1140–7.

[4] Lu N, Zhu JX, Yang PX, Tan XR. Models for improved diagnosis of left ventricular hypertrophy based on conventional electrocardiographic criteria. BMC Cardiovasc Disord. 2017;17(1):217

[5] Rautaharju P. History of electrocardiology: nine decades of ECG criteria for left ventricular hypertrophy–the contribution of Morice Sokolow and Thomas Lyon. Ann Noninvasive Electrocardiol. 2001;6(4):342. (accès libre)

[6] Gonçalves MAA, Pedro JM, Silva C, Magalhães P, Brito M. Normal limits of the electrocardiogram in Angolans. J Electrocardiol. 2020 Oct 26;63:68-74 (accès libre)

Molloy TJ (1992)

Ishikawa J, et al; Jichi Medical School Cohort Study Investigators Group. Cornell product left ventricular hypertrophy in electrocardiogram and the risk of stroke in a general population. Hypertension. 2009;53(1):28-34.

Bang CN, Devereux RB, Okin PM. Regression of electrocardiographic left ventricular hypertrophy or strain is associated with lower incidence of cardiovascular morbidity and mortality in hypertensive patients independent of blood pressure reduction – A LIFE review. J Electrocardiol. 2014;47(5):630-5.