Indice d’HVG : 3. Cornell

Indice d’hypertrophie ventriculaire le plus utilisé dans les pays anglo-saxons pour le diagnostic d’hypertrophie VG. Il explore la masse du ventricule gauche à l’aide de la dérivation VL dans le plan frontal (VL) et et la dérivation (V3) dans le plan horizontal précordial.

L’indice de Cornell est positif lorsque la somme des amplitudes de RVL et SV3 est > 20 mm chez la femme ou > 28 mm chez l’homme (24 mm chez l’homme hypertendu blanc) [1][2].

Spécificité (faible taux de Faux Positifs = VN/(VN+FP)

  • Sa spécificité est excellente > 90% (forte corrélation avec la masse ventriculaire gauche mesurée en échocardiographie [1][2], en particulier en cas d’HTA)
  • On peut constater des faux positifs chez les sujets jeunes masculins avec des complexes QRS hypervoltés. Il faut alors vérifier que l’onde R en VL est au moins > 5 mm ou qu’il existe d’autres indices d’HVG pour envisager une HVG.
  • On peut également constater des faux positifs en cas de bloc fasciculaire antérieur gauche (cf. Hypertrophie VG et BFAG).
  • L’indice de Cornell est peut être le meilleur moyen de diagnostiquer une HVG concentrique [10].

Sensibilité (faible taux de Faux Négatifs) = VP/(VP+FN)

  1. Sa sensibilité – comme pour tous les indices d’HVG pris isolément – est proche de 30-40% en raison des nombreuses hypertrophies du coeur sans hypertrophie du muscle électrique (ex. fibrose, nécrose, amylose…) et des problèmes d’impédance (résistance électrique accrue chez l’obèse, l’emphysémateux et avec l’âge…)[12].
  2. Des valeurs d’indice plus basses comme RVL + SV3 > 20 mm (femme) ou > 24 mm (homme) ou RVL + SV3 > 19 mm (femme) ou > 23 mm (homme) sont plus sensibles, mais génèrent davantage de faux positifs chez les hommes jeunes [11]. (Vidéo YouTube P. Taboulet pour formation sur les faux positifs ici 10 min).

Il est absolument nécessaire de rechercher d’autres indices d’HVG, soit dans le plan frontal soit dans les deux plans, pour ne pas méconnaître une HVG sur la simple constatation que l’indice de Cornell est normal (cf. Indices d’hypertrophie VG). Par exemple, un autre indice d’HVG (indice de Sokolow, RVL ≥ 11 mm etc.), une hypertrophie atriale gauche, une déviation axiale gauche et surtout une anomalie de repolarisation évocatrice de surcharge ventriculaire gauche.

 

Les comparaisons entre les indices d’HVG sont difficiles (performance variable selon l’étiologie)

  1. il est parfois plus sensible que l’indice de Sokolow (SV1 + RV5-6) en particulier chez l’hypertendu et l’obèse car il explore la masse ventriculaire dans un plan quasi orthogonal.
  2. Il serait moins sensible que l’indice de Pequero [(positif si SDeepest + SV4 ≥ 23 (femme) ou 28 mm (homme)] à spécificité comparable (> 90%) [9].
  3. Une onde RVL ≥ 6 mm (plus spécifique si > 11 mm) chez un patient hypertendu serait meilleur prédicteur d’événements ou de mortalité cardiovasculaire que l’indice de Cornell [13].

Il n’est pas utilisable en présence d’un bloc de branche gauche (à un moindre degré en cas d’hémibloc ou bloc incomplet gauche) ou d’une séquelle de nécrose dans le territoire qu’il explore (cf. HVG et bloc de branche).

 

Le « produit de Cornell » est parfois utilisé pour renforcer la performance diagnostique de l’ECG [4]. Il est positif chez l’homme lorsque (SV3+ RVL) x durée du QRS (ex. en DII) ≥ 2440 mm.ms; chez la femme lorsque (SV3+ RVL+ 8 mV) x durée du QRS ≥ 2440 mm.ms. Il est corrélé au risque d’AVC dans la population générale, qu’il y ait HTA ou non. Sa régression s’accompagne d’une réduction du risque de morbi-mortalité lié à l’HTA. Il est aussi corrélé à une dysfonction diastolique du VG [8].

 

Pronostic

Un indice de Cornell positif semble avoir une valeur prédictive plus forte que les autres indices d’HVG pour prédire la mortalité cardiovasculaire ou toutes causes [14].

 

Références réservées aux abonnés


La suite est réservée aux membres du site.
Connexion | Devenir membre