Valvulopathie aortique

L’ECG n’est pas un outil précis pour apprécier la sévérité d’une valvulopathie aortique. Néanmoins, les valvulopathies sévères peuvent s’accompagner de signe de dilatation/hypertrophie ventriculaire ou atrial gauche non spécifiques. Des troubles de conduction sur la branche gauche sont fréquents.

Rétrécissement aortique

Les signes ECG associés sont : hypertrophie atriale gauche, hypertrophie ventriculaire gauche (parfois gigantesque, de type systolique avec T < 0 en précordiales gauches). Le strain pattern (repolarisation de type « surcharge ventriculaire ») est un signe de sévérité de l’hypertrophie, de mauvais pronostic [1]. Une maladie des coronaires est fréquemment associée aux formes calcifiées.

Insuffisance aortique

Les signes ECG associés sont : hypertrophie atriale gauche et hypertrophie ventriculaire gauche, parfois de type diastolique (avec ondes T positives en précordiales gauches). L’hypertrophie VG peut être particulièrement sévère et s’accompagner d’ondes q de pseudo nécrose au niveau des dérivations où R est proéminente. Le strain pattern est aussi un signe de sévérité, de mauvais pronostic [2].

[1] Greve AM, Boman K, Gohlke-Baerwolf C, et al. Clinical implications of electrocardiographic left ventricular strain and hypertrophy in asymptomatic patients with aortic stenosis: the Simvastatin and Ezetimibe in Aortic Stenosis study. Circulation. 2012;125(2):346-53 (téléchargeable)
[2] Shah AS, Chin CW, Vassiliou V, et al. Left ventricular hypertrophy with strain and aortic stenosis. Circulation. 2014;130(18):1607-16.