Chloroquine

La chloroquine (amino-4-quinoléine) se comporte comme un antiarythmique de la classe Ia en raison de sa structure chimique qu’elle partage avec les quinidiniques. Ces propriétés « quinidine-like » expliquent l’effet stabilisant de membrane.

A dose thérapeutique au long cours, on peut observer parfois l’aplatissement de l’onde T et/ou un allongement de l’intervalle Q-T. Ces anomalies ont généralement peu de conséquence clinique et régressent après quelques jours [1]. Néanmoins, la prolongation du QT peut entrainer des troubles du rythme ventriculaire, en particulier si le QT préthérapeutique est long [3], en cas de prise concomitante d’azithromycine concomitante [4] ou en cas d’ECG de type Brugada.

A dose toxique (≥ 2 g), on observe :

  • de façon constante, un aplatissement de l’onde T et un intervalle QT long
  • puis de façon dose-dépendante, un élargissement des complexes QRS qui témoigne d’un bloc intraventriculaire. Cet élargissement, mesuré là où le QRS est le plus large, peut être modéré (> 0,10 sec) voire monstrueux (0,20 à 0,40 sec). Les QRS très larges s’accompagnent en règle d’un choc cardiogénique
  • une absence de tachycardie malgré un éventuel collapsus.
  • un allongement possible de l’onde P et parfois un bloc AV du 1er degré.
  • un trouble du rythme ventriculaire (extrasystoles ventriculaires polymorphes, tachycardie ventriculaire, fibrillation ventriculaire) peut survenir à tout moment au début d’une intoxication et doit être anticipé.

Un QRS élargi > 0,10 sec expose à la survenue soudaine de troubles du rythme le plus souvent fatals. Ce seuil, la survenue d’une tension artérielle < 100/mm Hg et/ou une dose supposée ingérée ≥ 4 g sont les trois paramètres qui permettent de classer l’intoxication en catégorie grave devant orienter vers une prise en charge spécifique [2]

[1] White NJ. Cardiotoxicity of antimalarial drugs. Lancet Infect Dis 2007; 7:549-58.

[2] Clemessy JL, Taboulet P, Hoffman JR, et al. Treatment of acute chloroquine poisoning: a 5-year experience. Crit Care Med. 1996; 24(7):1189–1195.

[3] Chatre C, Roubille F, Vernhet H, Jorgensen C, Pers YM. Cardiac Complications Attributed to Chloroquine and Hydroxychloroquine: A Systematic Review of the Literature. Drug Saf. 2018;41(10):919–931

[4] Mercuro NJ, Yen CF, Shim DJ, et al. Risk of QT Interval Prolongation Associated With Use of Hydroxychloroquine With or Without Concomitant Azithromycin Among Hospitalized Patients Testing Positive for Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) [published online ahead of print, 2020 May 1]. JAMA Cardiol. 2020;e201834. In this cohort study, patients (n = 90) who received hydroxychloroquine for the treatment of pneumonia associated with COVID-19 were at high risk of QTc prolongation, and concurrent treatment with azithromycin was associated with greater changes in QTc. Clinicians should carefully weigh risks and benefits if considering hydroxychloroquine and azithromycin, with close monitoring of QTc and concomitant medication usage.

Stas P, Faes D, Noyens P. Conduction disorder and QT prolongation secondary to longterm treatment with chloroquine. Int J Cardiol. 2008;127:e80-82.

Chen CY, Wang FL, Lin CC. Chronic hydroxychloroquine use associated with QT prolongation and refractory ventricular arrhythmia. Clin Toxicol (Phila). 2006;44:173- 175. 2 Cas clinique d’une femme de 67 ans traité par hydroxychloroquine pour un lupus